La guerre du gouvernement Biden contre les réfugiés

Eric London (WSWS)

Dans le dos de la population, le gouvernement Biden met en œuvre un changement dangereux et réactionnaire de la politique d’immigration et l’applique par le biais d’une extension dictatoriale du pouvoir présidentiel.

L’objectif de ce changement est de réduire considérablement les passages de frontières physiques à une échelle jamais vue depuis des décennies, ainsi que d’empêcher les demandeurs d’asile d’atteindre le sol américain où la Constitution américaine s’applique. Ce virage à droite montre que l’affirmation selon laquelle l’impérialisme américain est un phare pour la «démocratie» et que sa guerre contre la Russie a quelque chose à voir avec les «droits de l’homme» est un mensonge.

Le 30 octobre, NBC News a rapporté que l’administration Biden avait rédigé un document de politique générale accordant à l’exécutif le pouvoir de détenir des immigrants haïtiens à Guantánamo Bay, à côté de la prison militaire où le gouvernement a emprisonné et torturé des centaines de personnes sous les auspices de la «guerre contre le terrorisme».

Aujourd’hui, l’administration Biden déclare qu’elle pourrait utiliser Guantánamo comme un «nénuphar» pour les immigrants, bien que le terme correct soit «camp d’internement». Selon la proposition initiale, 400 immigrants haïtiens seraient détenus dans des cellules et des rangées de dortoirs dans un no man’s land constitutionnel où ils n’ont pas le droit de contester leur traitement ou leur expulsion comme ils l’auraient fait s’ils étaient arrivés sur le sol américain.

Quelques jours plus tôt, l’administration Biden s’est retirée des pourparlers de médiation avec les avocats représentant plus de 300.000 bénéficiaires du statut de protection temporaire (TPS) qui ont poursuivi l’administration Trump pour avoir annulé le TPS de 240.000 Salvadoriens, 77.000 Honduriens, 14.000 Népalais et 4000 Nicaraguayens en 2018. L’administration Biden a continué à s’opposer à la contestation des immigrants, soutenant essentiellement la révocation du statut TPS par Trump et menaçant d’expulser des centaines de milliers de personnes.

Plus tôt en octobre, les données publiées par la «Customs and Border Patrol» (CBP) ont documenté que l’administration Biden a déporté 2,8 millions d’immigrants des États-Unis au cours de l’année fiscale 2021, plus que toute autre année dans l’histoire américaine.

Plus important encore, les données ont révélé que plus d’un million de personnes ont été renvoyées en vertu du «Titre 42», la disposition antidémocratique par laquelle le gouvernement interdit l’immigration en raison d’une urgence de «santé publique». Trump a initialement invoqué le Titre 42 en citant la pandémie de COVID-19 comme justification pseudo-légale, et les tribunaux l’ont maintenu sous Biden. Les personnes interdites d’entrée aux États-Unis en vertu du titre 42 n’ont pas non plus de droits constitutionnels et ne peuvent pas demander l’asile.

Le 12 octobre, l’administration Biden a signé un autre sale accord avec le président mexicain Andrés Manuel López Obrador (AMLO) interdisant à des dizaines de milliers d’immigrants du Venezuela de passer aux États-Unis, également en vertu du titre 42. AMLO a accepté de permettre aux Vénézuéliens de vivre dans des villes de tentes, où les immigrants fuyant des sociétés ravagées par la guerre impérialiste et l’exploitation capitaliste vivent dans la misère et la maladie.

Avec un mélange de cynisme et d’hypocrisie que le Parti démocrate a perfectionné au cours des 200 dernières années, Biden et les démocrates continuent de se poser en défenseurs des immigrants.

Lors d’un récent événement pour les nouveaux citoyens américains, Biden a répété l’appel éculé du Parti démocrate: «Ce sont les rêves d’immigrants comme vous qui ont construit l’Amérique.» Mais lundi, lorsqu’un groupe de demandeurs d’asile a tenté de traverser le Rio Grande près d’El Paso en portant un drapeau sur lequel était écrit «Nous, les migrants, avons construit l’Amérique», les services des douanes et du CBP de Biden ont tiré des balles de poivre de Cayenne sur leur tête, alors qu’ils traversaient le fleuve pour regagner leurs maisons en toile au Mexique.

L’attaque contre les immigrants intervient alors que la pauvreté et la pénurie dévastent la classe ouvrière d’Amérique latine et des Caraïbes. La pandémie et la prolongation de la guerre des États-Unis et de l’OTAN contre la Russie en Ukraine ont eu un impact dévastateur sur des centaines de millions de personnes dans des pays qui ont subi plus d’un siècle de domination impérialiste américaine.

En Haïti, la société est en état d’effondrement, alors que le choléra se répand, que la nourriture et l’essence viennent à manquer et que les gangs prennent le contrôle de larges portions du pays. Néanmoins, l’administration Biden a déporté des réfugiés vers Haïti, même après que des membres de leur famille aient signalé que le gouvernement haïtien détenait des déportés dans un pénitencier en échange d’une rançon.

Ceux qui parviennent aux États-Unis sont traités avec une extrême brutalité. Le World Socialist Web Site a parlé avec une jeune mère haïtienne qui a été détenue par l’administration Biden à la frontière l’année dernière:

Il est douloureux de parler de ce qui m’est arrivé au Texas. Quand j’en parle, j’ai l’impression que quelqu’un me plante une fourchette dans le cœur. Quand j’étais détenue, c’était horrible. D’abord, j’ai été obligée de dormir sous un pont avec mon bébé. Certains gardes nous battaient sous ce pont, comme on pouvait le voir aux informations. Quand on nous a transférés dans une prison, je pensais que les choses iraient mieux, mais ce n’était pas le cas. En prison, ils ont pris les médicaments de mon enfant, même s’il saignait. Je suis restée là quatre jours, ils ne nous donnaient pas à manger, nous ne mangions que des crackers. Nous ne pouvions pas nous laver ni nous brosser les dents, nous devions dormir sur le sol. Les bébés étaient déshydratés, leurs yeux semblaient montrer qu’ils étaient sur le point de s’évanouir. On ne sait pas quoi faire en tant que mère quand son enfant dit: «Maman, j’ai faim, j’ai faim», mais on ne peut rien faire. Mon bébé vomissait, il avait la diarrhée, il saignait des pieds. Et quand on est partis, les gardes se sont moqués de nous parce qu’on sentait mauvais.

Le pivot politique actuellement mené par l’administration Biden est une concession massive à la droite politique fasciste.

La stratégie de mi-mandat du Parti républicain est allée plus loin que le langage chauvin habituel de la droite. Les gouverneurs républicains du Texas et de la Floride (Greg Abbott et Ron DeSantis) ont passé les derniers mois à envoyer en bus et en avion plus de 11.000 immigrants dans de grandes villes dirigées par des démocrates, dans une série de coups de publicité visant à dépeindre les travailleurs immigrés comme des criminels.

La stratégie politique des démocrates a été de s’adapter à ce discours. Lors d’un débat au Sénat de Pennsylvanie avec le candidat républicain soutenu par Trump, Mehmet Oz, par exemple, le démocrate John Fetterman a dénoncé les «immigrants illégaux» et a appelé à des «frontières sûres».

Dans ce climat de droite encouragé par l’establishment politique, les incidents de violence contre les immigrants se multiplient. Fin septembre, Michael Sheppard, le directeur d’un centre de détention pour immigrés à Sierra Blanca, au Texas, a tiré sur un groupe de migrants qui s’étaient arrêtés pour boire un verre dans le désert, tuant Jesús Iván Sepúlveda Martínez, un immigrant mexicain de 22 ans, et blessant grièvement Brenda Berenice Casias Carrillo, 31 ans.

L’attaque actuelle contre les travailleurs immigrés est un processus international et un avertissement pour l’ensemble de la classe ouvrière. Lundi, la ministre de l’Intérieur conservatrice britannique Suella Braverman a dénoncé l’immigration comme étant «hors de contrôle» et une «invasion» et le même jour, un individu de droite a jeté des bombes incendiaires sur un centre pour réfugiés immigrés dans la ville côtière de Douvres, où le gouvernement détient les réfugiés dans des camps d’internement surpeuplés, où ils dorment sur le sol et attrapent des maladies comme la diphtérie.

Il en va de même dans l’Union européenne «démocratique», où des centaines d’immigrants fuyant l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient se noient en tentant d’entrer chaque année.

Mardi encore, un bateau transportant 68 réfugiés a coulé au large de l’île grecque d’Evia. Plus tôt en octobre, 92 immigrants originaires du Maroc, d’Iran, du Bangladesh et du Pakistan ont été découverts en Grèce après avoir été «abandonnés» et déshabillés «complètement nus» par les autorités. En Italie, mardi, la première ministre fasciste Giorgia Meloni a nommé ministre de son gouvernement un homme qui a été photographié portant un brassard nazi.

L’attaque contre les travailleurs immigrés obéit à la logique de l’escalade de la guerre contre la Russie. En temps de guerre, les attaques les plus impitoyables contre les droits démocratiques sont toujours liées à des restrictions de l’immigration et au renforcement de l’appareil répressif de l’État-nation.

Lorsque l’impérialisme américain est entré dans la Première Guerre mondiale, l’administration Wilson a signé l’Espionage Act, qui limitait à la fois les discours anti-guerre et l’immigration et qui sert de base aux poursuites engagées contre Julian Assange. Alors que les États-Unis se préparaient à entrer dans la Seconde Guerre mondiale, l’administration Roosevelt a signé le Smith Act, également connu sous le nom d’Alien Registration Act, qui interdisait les discours anti-guerre, bloquait l’immigration et permettait l’internement des Japonais.

La lutte pour la défense des droits des immigrants doit se fonder sur une lutte pour la mobilisation de la classe ouvrière contre la guerre impérialiste, les inégalités sociales et leur source: le système capitaliste. Le Parti de l’égalité socialiste (É.-U.) exige la levée des restrictions du Titre 42, l’octroi d’un statut légal à tous les immigrants qui souhaitent entrer aux États-Unis, la garantie du droit de voyager pour tous, quelle que soit leur nationalité, et le démantèlement du CBP, de l’ICE, du DHS et du complexe de sécurité nationale.

WSWS

(Article paru en anglais le 2 novembre 2022)

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Leçons de la première conférence des journalistes scientifiques francophones

Une rencontre inédite Il fallait que les journalistes se rencontrent pour tirer les leçons de cette crise.Kossi Balao

Selon le New York Times, 1/3 des obusiers occidentaux envoyés en Ukraine sont hors...

Les armes inutilisables sont transférées en Pologne pour réparation, selon le rapport Les pièces d'artillerie de fabrication occidentale...

Est-ce que le Cameroun a une chance de remporter la coupe du monde ?

Le Cameroun, patrie de Roger Milla, Patrick Magic Mboma et de Samuel Eto’o, est avec ses cinq coupes d’Afrique et ses huit...

Pourquoi Breel Embolo n’a pas célébré son but contre le Cameroun ?

Les Lions indomptables sont visiblement en danger après la sortie manquée de ce 24...

Assassinat épouvantable de Mouammar Kadhafi : Comment l’OTAN et la France ont eu le...

Traqué depuis les airs par l’aviation de l’Otan, encerclé par les forces rebelles soutenues par les mercenaires des pétromonarchies du Golfe, le...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :