Du rififi dans l’alliance contre Moscou : Malgré “l’embargo”, Londres achète du pétrole russe, Kiev dénonce les faiblesses du régime de sanctions (A.D.)

…le Royaume-Uni n’est pas le seul coupable en Europe pour ce qui est de contribuer au financement de la machine de guerre de Poutine. Alors que les livraisons de gaz russe par gazoduc – la majeure partie des importations de gaz de l’Europe avant la guerre en Ukraine – sont réduites à peau de chagrin, des rapports ont révélé que l’Europe s’est emparée avec avidité du GNL russe.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie en 2022 a forcé une restructuration spectaculaire des marchés de l’énergie dans l’Ouest, de nombreuses nations européennes ayant juré de se sevrer des produits énergétiques russes. Le Royaume-Uni a été l’un des pays qui a le mieux réussi à atteindre cet objectif après s’être engagé à mettre fin aux importations de pétrole et de charbon en provenance de Russie d’ici à la fin de 2022 et a même récemment légiféré pour interdire le gaz russe. En octobre, les importations britanniques d’énergie russe étaient réduites à peau de chagrin, le pays n’achetant que 2 millions de livres sterling de pétrole, mais pas de charbon ni de gaz en provenance de Russie. Toutefois, des rapports ont révélé que l’Inde a offert une porte dérobée pour les importations de pétrole russe en Grande-Bretagne, ce qui a eu pour effet d’entraver les efforts déployés par le pays pour limiter le financement du Kremlin. Certains acheteurs britanniques ont effectivement remplacé les importations en provenance directe de Russie par des importations provenant de raffineries alimentées par la Russie, soutenant ainsi indirectement l’industrie pétrolière russe.

Bien qu’une telle chaîne d’approvisionnement soit en fait légale selon les règles britanniques, elle ne peut être négligée car il s’agit d’un autre moyen secret de financer la guerre de Poutine. Avant le début de la guerre, il y a près d’un an, il était plutôt rare que les raffineurs indiens traitent du brut russe. Les raffineurs ont toujours exporté vers l’Europe, mais ils exportent maintenant encore plus parce que c’est plus intéressant, les prix du diesel en Europe étant plus élevés, et ils achètent aussi plus de brut russe parce que la Russie offre de fortes remises.

En effet, Oleg Ustenko, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, affirme que ces entreprises « exploitent les faiblesses du régime de sanctions ».

« Le Royaume-Uni doit combler les lacunes qui sapent le soutien à l’Ukraine en permettant aux combustibles fossiles sanglants de continuer à franchir nos frontières ». Environ un baril sur cinq du pétrole brut qu’ils traitent est russe. Une grande partie du diesel qu’ils produisent maintenant sera basée sur du pétrole brut russe », a-t-il déclaré.

Les données de Kpler ont révélé que la raffinerie de Jamnagar, sur la côte ouest de l’Inde, a importé 215 cargaisons de pétrole brut et de fuel de Russie en 2022, soit 4 fois plus que l’année précédente. Entre-temps, le Royaume-Uni a importé un total de 10 millions de barils de diesel et d’autres produits raffinés de Jamnagar depuis le début de la guerre, soit 2,5 fois ce qu’il a acheté en 2021, Trafigura, Shell Plc , BP Plc , PetroChina Co. et le conglomérat multinational indien Essar Group étant les principaux acheteurs.

#ctaText??#  Maintien de l’Union européenne sous tutelle : la guerre en Ukraine en rempart

Selon Julian Lee, stratège pétrolier de Bloomberg, le pétrole ouralien, fleuron de la Russie, s’est négocié à un rabais massif pouvant atteindre 40 % par rapport au pétrole brut Brent international. En revanche, en 2021, l’Oural se négociait avec une décote beaucoup plus faible de 2,85 dollars par rapport au Brent. L’Urals est le principal mélange exporté par la Russie. En effet, Moscou pourrait perdre ~4 milliards de dollars par mois en revenus énergétiques, selon les calculs de Bloomberg.

L’Europe importe du gaz naturel russe

Mais le Royaume-Uni n’est pas le seul coupable en Europe pour ce qui est de contribuer au financement de la machine de guerre de Poutine. Alors que les livraisons de gaz russe par gazoduc – la majeure partie des importations de gaz de l’Europe avant la guerre en Ukraine – sont réduites à peau de chagrin, des rapports ont révélé que l’Europe s’est emparée avec avidité du GNL russe.

L’Europe s’efforce de se sevrer des produits énergétiques russes depuis l’invasion de l’Ukraine par cette dernière. L’Union européenne a interdit le charbon russe et prévoit de bloquer la plupart des importations de pétrole russe d’ici à la fin de 2022 afin de priver Moscou d’une importante source de revenus pour mener sa guerre en Ukraine.

Mais l’abandon du gaz russe s’avère plus onéreux que l’Europe ne l’aurait espéré, le Wall Street Journal estimant que les importations de gaz naturel liquéfié russe de l’Union européenne ont bondi de 41 % en glissement annuel au cours de l’année écoulée jusqu’en août.

« Le GNL russe a été le cheval noir du régime de sanctions », a déclaré au WSJ Maria Shagina, chargée de recherche à l’Institut international d’études stratégiques basé à Londres. Les importateurs de GNL russe en Europe ont fait valoir que les expéditions ne sont pas couvertes par les sanctions actuelles de l’UE et que l’achat de GNL à la Russie et à d’autres fournisseurs a contribué à contenir les prix de l’énergie en Europe.

Bien que le GNL russe ne représente que 8 % des importations de gaz de l’Union européenne et du Royaume-Uni depuis le début du mois de mars, ce commerce va à l’encontre des efforts déployés par l’UE pour priver la Russie de ses revenus issus des combustibles fossiles.

Traduction d’Oil Price par Aube Digitale

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Venant s’ajouter à d’autres dossiers, l’affaire de corruption présumée...
Burundi. D'après les bruits qui courent dans la région, suite à...

Autres actualités

Les assassins de Martinez Zogo encerclent Remy Ngono

Les auteurs de l'assassinat de Martinez Zogo, veulent que JP Rémy NGONO la boucle lui aussi et...

Après les pleurs et indignations, on fait quoi ?

Le journaliste Martinez Zogo est mort le 22 janvier 2023 parce que ceux qui étaient censés le protéger...

Des chars de l’OTAN en Ukraine: Prélude à une guerre entre les États-Unis et...

Mercredi, le président Joe Biden a annoncé que les États-Unis enverraient 31 chars lourds Abrams en Ukraine, après...

Crise anglophone : l’urgence d’une médiation canadienne

Désastreux bilan On en est à un point où la crise dans les régions à majorité anglophone...

Assassinat de Martinez Zogo : les vérités de Maurice Kamto

La rumeur est, hélas, finalement devenue la vérité. MARTINEZ ZOGO a été enlevé puis assassiné ! Ils ont...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :