Cameroun. La vraie opposition viendra du parti au pouvoir !

Paul Biya

Malgré l’existence de près de 300 formations politiques, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (parti au pouvoir) demeure le seul parti à vocation nationale au Cameroun. Les autres partis n’étant en réalité que de petites associations ethniques et parfois familiales.

Et, dans un tel contexte, on est tenté de se croire dans un système à parti unique. Car, ici, l’opposition est quasi-invisible. À titre d’exemple : sur les 100 sénateurs que compte le Cameroun, seul une dizaine appartient à l’opposition ; pareil à l’assemblée nationale où le RDPC du Président Paul Biya dispose de près de 150 députés sur les 180 que compte la chambre.

Fort de cela, militer au sein du parti au pouvoir est devenu  une garantie pour toute personne souhaitant un jour briguer un poste politique. Car dit-on ici, avec le RDPC on perd difficilement. Et, avec toutes ces garanties qu’offre le parti du flambeau, le plus dur là-bas est de se faire investir. Car une fois investi, l’on est presque sûr de se faire élire.

Jusqu’ici, le RDPC pour la désignation de  ses candidats procédait par une simple consultation à la base appelée « primaires ». Mais, pour le double scrutin (municipal et législatif) du 30 septembre prochain, le parti au pouvoir a opté pour l’investiture. Ainsi, toutes les personnes désireuses de  candidater à ces élections étaient priées de confectionner des listes consensuelles et de les soumettre à l’appréciation des commissions mises sur pied par le comité central. 

Seulement, dans les faits, ce procédé fera beaucoup plus de mécontents que l’ancienne formule. C’est ainsi que certains perdants menaceraient de quitter le parti. Pire encore, d’autres iraient jusqu’à promettre une « anti-compagne » contre ce qui était jusque là leur parti politique. Toutes choses qui font dire à certains spécialistes que le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais est au bord de l’implosion. Une situation que si elle survient pourraient bien aider le Cameroun à se doter enfin d’un véritable parti d’opposition. Car, ce ne serait jamais un tort de dire que le RDPC regorge presque à lui seul tous les talentueux politiciens du pays. Et, céder certains d’entre eux à l’opposition ne contribuerait qu’à la construction d’une opposition forte et efficace au Cameroun.

Monsieur Duverger

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point...
C’est une information qui a été tenue secrète. Contrairement...
Paul Biya gagne donc un salaire mensuel d'environ 29.000.000 francs...

Autres actualités

Rencontre Gbagbo-Ouattara : une lueur d’espoir, au-delà des jeux d’intérêts ? (Par Théophile Kouamouo)

Cet édito hebdomadaire est destiné aux abonnés payants de cette newsletter. Mais à titre exceptionnel, ce texte est rendu public. Pour...

Une Camerounaise d’origine nommée sénatrice au Canada

« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années », cette boutade tirée du Cid de Pierre Corneille...

La magistrate camerounaise qui a rejoint les Nations unies

Du haut de ses 60 ans, dont 34 années dans le domaine de la magistrature, Régine Esseneme a un nouveau challenge avec son élection...

Jacob Desvarieux, cofondateur de Kassav est décédé

Il était hospitalisé depuis le 12 juillet en Guadeloupe pour une infection Covid-19. Le Guitariste, chanteur, compositeur et co-fondateur de Kassav qui...

Cameroun : la première nuit de Ténor en prison

L’artiste Ténor a passé sa première nuit en prison Il est actuellement placé en détention provisoire à la prison de New-Bell à Douala ce 30...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :