C’est décembre, c’est décembre chante un musicien camerounais !

Tant de détresses sociales frappent notre peuple ! Tant d’angoisses du lendemain accablent nos familles ! Le savez-vous, vous autres, les puissants ? Il n’y a jamais eu tant de millionnaires en dollars dans notre pays. C’est même le record dans cette partie du continent ! Et dans le même temps il n’y a jamais eu tant de pauvres !

Pourtant, voyez quelle indifférence pour ces souffrances, parmi les belles personnes très importantes, qui s’indignent du moindre fait divers populaire ! Quel silence autour des souffrances des jeunes sans emploi, des ménagères au panier vide, des pères de famille sans emploi, ceux qui dorment à la belle étoile non elle n’est pas belle cette étoile !  -, nous pataugeons dans la misère dans les villes comme dans les campagnes, les familles vont leurs courses dans les poubelles pendant que dans les quartiers huppés on ne met dans les poubelles que les pourritures ! Quand nous crions à la misère on nous demande de jouer à l’Abbé Pierre, de ressusciter Mère Térésa de Calcutta ! Pourquoi tant d’inhumanisme  sur ces terres qui ont vu naître Baba Simon le père des Kirdi ? Oui c’est vrai nous avons tant de difficulté à recruter des exemples pour nous humaniser ici au Cameroun !

Il a raison ! Il a raison, le poète ! Il a raison, Victor Hugo, quand il dit : « c’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches » ! 

Et c’est le moment où il faudrait entendre de nouveau la musique maléfique du chacun pour soi, du mépris de l’autre, celui qui n’est pas de notre ethnie, de notre clan, de notre religion, de notre région, qui n’a pas les mêmes ancêtres que nous !

Déverrouillons les portes de l’indifférence, prenons conscience que dans l’épreuve que traverse nos populations, nous ne devons pas perdre le sens ni le message de notre cœur. Ne tuons pas l’humain en nous, n’enterrons pas notre intelligence. L’ennemi, ce n’est pas celui qui demande un emploi, ce n’est pas le fonctionnaire qui demande une augmentation, ce n’est pas le travailleur qui ne reçoit pas son salaire à la fin du mois ! Yaoundé n’est pas l’ennemi des dix régions du Cameroun. Non les régions les nôtres, les religions traditionnelles, l’Islam et le Christianisme ne sont pas ennemi des non-croyants ! Nous ne devons pas nous tromper de colère !

L’ennemi, il y en a un : c’est la froideur de notre cœur, c’est notre indifférence, c’est notre refus de voir en l’autre notre propre prolongement ! C’est ce comportement qui nous pousse à saigner l’autre, à refuser un peu de bonheur à l’autre. Oui dans notre pays la jalousie sociale a remplacé l’intégration sociale.

L’incorruptible Robespierre l’a dit à ce qui l’ont lu il le dit aujourd’hui à ceux qui m’écoute : « Les grandes richesses enfantent les excès qui corrompent tout à la fois ceux qui les possèdent et ceux qui les envient »

 

L’ennemi, ce sont ces hommes et ces femmes, malheureusement je n’ai pas un chiffre qui sont riches en centaines de milliards de nos francs ou d’autres devises alors qu’au pied de leur porte, l’autre et ses enfants croupissent dans la misère, dans l’indifférence.   L’ennemi, chers compatriotes, c’est celui qui fait flotter sa barque personnelle sur l’océan du malheur des autres !

Facebook Comments

- Publicité -

Plus populaires

Chevaliers majeurs de la puissance du régime en...
C’est dans un laboratoire situé à l’Ecole des Postes...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments