Mort mystérieuse du maire terroriste de Buea : la vengeance du sang d’innocents anglophones

En tant que chrétien, il est indécent de se réjouir du malheur, pis encore, de la mort d’autrui. Mais lorsque vous avez participé au terrorisme d’Etat et au massacre d’un peuple qui ne demande que justice, liberté et respect de sa souveraineté face à une annexion, le sang des victimes réclamera vengeance tôt ou tard.

Le maire de Buea (sud-ouest anglophone), Ekema Patrick, dont la nouvelle de la mort par empoisonnement (d’autres informations font état d’une attaque vasculo-cérébrale) circule depuis ce dimanche matin 27/10/2019, a été l’un des multiples visages de la répression déployée par le régime criminel de Yaoundé sur le peuple anglophone du Southern Cameroons depuis l’éclatement de la crise anglophone en octobre 2016.

Par amour pour le régime Biya, pour les avantages que procurait sa position de maire de Buea, Ekema Patrick a combattu jusqu’à la démesure ses frères anglophones qui se battent pour la restauration du Southern Cameroons dont la France et ses sous-préfets qu’était Ahidjo et qu’est Biya, ont confisqué l’indépendance octroyée par les Nations Unies.

Le 22 septembre 2017, alors que les populations manifestent pacifiquement en faveur de la restauration du Southern Cameroons aka Ambazonie, Patrick Ekema se saisit d’une arme et abat l’un des manifestants qui jetaient des pierres vers son domicile à Buea.

Patrick Ekema a également été utilisé par le pouvoir de Yaoundé pour sceller les boutiques de ceux qui, à Buea, obéissaient aux mots d’ordres de ville-morte lancés par le gouvernement indépendantiste en exil. Ekema était également à la tête d’une milice qui semait la terreur et la mort au sein de la population de Buea et environ et le tort était attribué aux séparatistes armés authentiques.

Pour le régime Biya qui jouait la carte Ekema à fond, c’était un exemple de courage et de témérité face aux « terroristes sécessionnistes ».
C’est ce qui lui a valu d’être ennobli par les gardiens de la tradition beti il y a quelques mois. C’est ce qui lui a valu d’avoir une garde rapprochée armée jusqu’aux dents qui le suivaient partout.

Mais le drame c’est que lorsque vous êtes au service d’un régime voyou comme celui de Yaoundé et que vous ne lui apportez pas le résultat escompté, il décide de vous sacrifier parce que vous avez plein de secrets dans votre ventre. Il y a aussi que le sang des innocents que vous avez versé finit par obtenir vengeance. Avis donc à ceux des « enablers », ces anglophones utilisés par le pouvoir de Yaoundé pour combattre leurs propres frères. Sachez que vous êtes au service d’un monstre froid particulièrement ingrat et impitoyable. Lorsque le régime mafieux de Yaoundé a besoin de vos services, il vous adule et vous fait roi. Lorsque vous n’êtes plus utile pour lui, il se débarrasse de vous comme d’une vieille chaussette. Et c’est ce qui est arrivé à Patrick Ekema. A qui le tour ?

Par Michel Biem Tong, journaliste web en exil

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Un constructeur chinois a lancé les ventes d’une réplique...
Cameroonvoice vient d’apprendre qu’ABOUBAKAR KOMBO, maire de la commune...
Diversement soutenu par des Camerounais  pendant l'élection présidentielle sous les...
Quelques semaines après l’exclusion du Cameroun de l’AGOA par...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments