Autochtonie : Ce que J’approuve et ce que je désapprouve (Par Dieudonné Essomba)

L’autochtone est une notion extrêmement claire aux Camerounais, n’en déplaise à ceux qui veulent y bâtir une stérile casuistique pour des raisons justement communautaristes.

Et il n’y a aucune intelligence à s’y opposer. Et quand cette contestation prend une allure communautaire, bien loin d’atténuer le problème, elle ne fera que durcir la méfiance et rendre le concept d’autochtonie plus intégriste encore. De toute façon, ce n’est pas cela qui changera ni les Camerounais dans leur grande majorité pour qui ce concept parait naturel, ni le Parlement pour qui il ne s’agit même pas d’un point de débat.

 L’autochtonie est définie par le village du père, et à défaut, de celui de la mère. On peut l’élargir à ceux qui, ayant abandonné les villages de leurs ancêtres, se sont installés définitivement dans une autre région et n’ont pratiquement plus d’attache avec leurs communautés-mères. C’est le cas des Betis, Bassa, Bafia et autres qui se sont installés au Sud-ouest et n’ont plus le moindre lien avec leurs tribus primitives. D’ailleurs, certains d’entre eux sont les plus excités dans la sécession armée et on voit bien que pour eux, ils ne font plus partie des tribus initiales.

De même, les Haouassa d’Obala sont assimilés aux autochtones, puisqu’ils n’ont plus d’autre origine identifiable. On peut en dire autant des Bamileke du Moungo.

Le recours à l’autochtonie trahit le caractère irréaliste de l’Etat unitaire et son « unité nationale ». En posant comme principe que le Camerounais est partout chez lui sur le territoire national, l’Etat unitaire a en réalité empêché tout effort d’intégration entre les populations immigrées et les populations autochtones. Ce principe a été plutôt interprété comme un appel à la tolérance et à une cohabitation pacifique des Communautés, plutôt que la fusion et la création des Communautés nouvelles.

 Loin de brasser les populations, les migrations se sont traduites concrètement par la dissémination et la multiplication des colonies tribales sur tout le territoire national, colonies qui gardent leurs attaches avec la Communauté-mère dont elles se présentent comme des têtes de pont, et par suite, des occurrences objectives de fiction et de sources de tensions.

A travers des coalitions tribales secrètes ou ouvertes, ces colonies ont développé une compétition extrêmement intense pour le contrôle politique des villes.

En réalité, la République a été instrumentalisée par les tribus pour  poursuivre des projets hégémonistes soigneusement dissimulées derrière des concepts républicains.

On ne pouvait laisser prospérer un tel modèle sans courir des risques sérieux de confrontation entre les tribus, et, dans on principe, le recours à l’autochtonie est une salutaire exigence de survie de l’Etat.

Il ne sert absolument à rien de gloser là-dessus.

Par contre, c’est la manière dont ce concept est adopté qui pose problème. On ne peut pas, d’un côté, parler d’unité nationale, d’égalité de citoyen et de « Camerounais partout chez lui », et d’autre part, introduire des dispositions qui violent ces principes. On est d’autant plus fondé à critiquer la méthode qu’il n’existe pas dans notre arsenal de loi des définitions portant sur les communautés sur lesquelles va s’appliquer ce concept, des régions dont ces communautés sont autochtones.

En réclamant la Fédération, nous savions pertinemment que nous en arriverons au concept brut et informel d’autochtone et non à sa version plus évolué de « citoyenneté ».

La citoyenneté interne est le lien qui rattache chaque citoyen à un Etat fédéré. Dans la plupart des Fédérations, le citoyen est un autochtone ou un résident de longue date ayant réalisé certaines conditions de résidence.

Cette définition est ouverte, parce qu’elle permet un changement de statut, alors que la notion d’autochtones qui est totalement fermé : vous pouvez changer de citoyenneté, mais vous ne pouvez pas changer votre statut d’autochtone.

Toutefois, ceux qui se plaignent aujourd’hui ne sont qu’au début de leur peine, car le pire est à venir. C’est des recrutements dans les Fonctions Publiques Régionales qu’ils verront le corrigé de l’autochtonie et regretteront la citoyenneté.

J’aimerais assister au spectacle d’un individu allant déposer son dossier dans un recrutement d’instituteur dans une Région où il n’est pas originaire.

Il verra alors ce qui est arrivé au chien qui allait voler la viande d’un Maguida muni d’un coutelas tranchant !

Par Dieudonné ESSOMBA

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

C'est à dessein que Marafa Hamidou Yaya a saisi...
Hôpital central de Yaoundé, des malades pas comme les...

Autres actualités

Cameroun : Des malades durement torturés sur leur lit

Hôpital central de Yaoundé, des malades pas comme les autres suscitent la curiosité sur leur lit d'hôpital. Alors qu'ils sont gravement atteints...

Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020 : La fraude, Ouattara la prépare GI-GAN-TES-QUE ! (Blogs...

La plus grande opération de fraude électorale de l’histoire de la Côte d’Ivoire est en train de se mettre en place. Cette...

Tribalisme : Marafa Hamidou Yaya parle aux Camerounais

C'est à dessein que Marafa Hamidou Yaya a saisi l'occasion offerte par la fête de l'Aïd pour livrer son message de paix...

L’Internationale progressiste alerte Michelle Bachelet sur la situation démocratique en Equateur (RT)

Dans une lettre signée entre autres par Noam Chomsky et Yanis Varoufakis, l'Internationale progressiste alerte la Haut-commissaire aux droits de l'Homme de...

Cameroun/Sommet de la CEEAC : La santé de Paul Biya au centre de vives...

Encore un fait qui va donner du grain à moudre aux tenants de la thèse de la "disparition" du président camerounais, Paul...
- Publicité -
Facebook Comments