Comm’ de guerre… politique au Cameroun : Plaidoyer démocratique d’un dictateur exemplaire (!?)

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. La maxime, gonflée à un mot près, Paul Biya et sa cellule de Communication l’ont faite leur.

Aussi est-ce pour mieux se servir “communicationnellement” parlant, qu’à peine l’adresse présidentielle de fin d’année achevée, sa cellule de communication s’est jetée à bras raccourcis sur la plateforme en ligne Twitter (Ah ! les réseaux sociaux, quand vous tenez finalement tout le monde, y compris vos plus fervents détracteurs), pour, sinon faire l’exégèse du discours du chef de l’Etat qui ne celait pourtant  aucun mystère pas plus qu’il ne comportait d’innovation quelconque, du moins pour en faire l’économie, en en ressassant les termes “invectivants”, quelque fois insultants et d’une outrecuidante prétention si l’on considère que les propos tirés du discours de Paul Biya qui ont été relayés sur Twitter par sa CELLCOM étaient formulés à l’intention des personnes dont il ne fait en réalité aucun doute qu’elles sont autrement beaucoup plus qualifiées que le chef de l’Etat pour parler du respect des règles démocratiques, du respect des institutions ou de patriotisme.

A moins que l’on veuille insinuer qu’un président qui n’a appris à rester dans son pays que parce que la diaspora l’y a contraint, et dont les enfants fréquentent les meilleures écoles et universités étrangères aux frais de la princesse -au lieu de rester au Cameroun pour squatter les centres d’assassinat de l’intelligence et du savoir que leur géniteur a mis à la disposition du peuple des hommes interdits du reste de la terre- qu’est le Cameroun, à moins de prétendre que le chef d’un régime ayant à son actif de gros et fantasques détournements comme on n’en avait pas vu depuis l’époque “antédiluvienne” des Bokassa, Marcos, Duvalier, Ceausescu… est plus patriote, plus démocrate et plus respectueux des règles de la démocratie que n’importe lequel de ses pourfendeurs.

Mais qu’importe ! les opinions de Biya sont aussi des opinions à rendre publiques, pour le cas où, elles pourraient lui servir.

À LIRE
L'historique claque de Manu Dibango qui choque encore Biya

Ci-dessous, la CELLCOM de la présidence du Cameroun vous propose les commandements sur fond de plaidoyer pro domo d’un anti-modèle qui se pique de leçons de démocratie, de patriotisme et de légalisme.  

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Attristé par la nouvelle de la mort du légendaire...
Le déplacement de Paul Biya s'est fait dans la...
Chaque jour les zombies qui usurpent le pouvoir, défient...

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments