Rebelote: Comme en 2018, Ahmad Ahmad au Cameroun pour négocier les Elections et un Plan B

Ca y est ! Nous y revoilà !  le président de la CAF, Ahmad Ahmad, était au Cameroun du 13 au 15 Janvier 2020. Selon le ministre des sports et de l’éducation physique, président du Comité d’organisation locale du prochain CHAN et de la prochaine CAN, d’importantes décisions relatives à l’organisation du CHAN 2020 et de la CAN 2021 seront allaient être prises à l’issue de cette visite. Autrement dit, il allait y avoir  du sport la semaine dernière au Cameroun, non pas dans la rubrique football, mais plutôt en négociation.

La précision du ministre soulève les mêmes types de questions que les Camerounais se posaient avant les élections de 2018. Ils se demandent par exemple:

  • Le CHAN aura-t-il lieu au Cameroun en 2020? Quel est le plan B ?
  • La CAN aura-t-elle lieu au Cameroun en 2021? Quel est le plan B ?
  • Quel impact sur les élections qui se profilent à l’horizon ?

C’est pour cela que nous avons pensé, compte tenu du fait que le Cameroun est en stagnation depuis 2018, que nous assisterons à un « Bis repetita », avec un Ahmad Ahmad qui va se retrouver en position  d’assurer la tutelle politique au Cameroun en prenant des décision allant dans la faveur du roi du glissement (gombo) d’Étoudi. Cette nouvelle visite annoncée,  juste avant les élections de Février 2020, rappelle bien aux Camerounais que la dernière visite de Ahmad Ahmad au Cameroun se situait juste avant les élections

Il faut se souvenir que Ahmad Ahmad avait déclaré, le 06 Aout 2018, que l’organisation de la prochaine CAN 2019 pourrait être retirée au Cameroun, si ce pays ne garantissait pas un bon déroulement du tournoi africain. Il ajoutait, “Le Cameroun devra travailler pour convaincre la CAF sur sa capacité à accueillir l’événement”. Il viendra ensuite à Yaoundé, en jet privé, pour soutenir Paul Biya en disant que la CAF n’avait pas de plan B.On connait la suite.

En cette année 2020, nous le savons tous, le Cameroun, sous le régime actuel, ne pourra pas organiser le CHAN 2020, ni la CAN en 2021, ni en 2023 ni à une autre date d’ailleurs car la gestion du Cameroun par ce pouvoir ne peut pas déboucher sur une nation apaisée offrant les conditions d’une fête de Football telle que décrite par la CAF et Ahmad Ahmad.

C’est donc dire que Mr Ahmad Ahmad a suffisamment d’arguments pour se faire étourdir à Étoudi.

À LIRE
Double scrutin du 9 février 2020 au Cameroun : la vérité cachée au grand public et au peuple camerounais

Dans cette négociation de dernières minutes, par rapport à 2018, Ahmad Ahmad a quand même quelques faiblesses car ce n’est plus lui qui gère la CAF en ce moment. Il n’est donc que le messager. En plus il doit se méfier des coups foireux des tontons flingueurs d’Étoudi qui brandissent le chantage par rapport à 2018. Mais il a prévu deux autres cartes joker de très hauts niveaux qui pourront faire trébucher plus d’un mauvais négociateur d’Étoudi :

  • L’ombre du drame de Cabinda plane sur le Cameroun Le drame de Cabinda est un traumatisme très vif dans la mémoire des Togolais et des Africains. Le 8 janvier 2010, des «Éperviers» du Togo en route pour la Coupe d’Afrique des nations en Angola avaientété victimes d’un attentat dans l’enclave du Cabinda. Leur bus avait été mitraillé. Une scène très fréquente dans le Cameroun d’aujourd’hui. Le bilan togolais était de deux morts plusieurs blessés, avec un portier (Kodjovi Obilalé) aujourd’hui handicapé a vie. Dix ans après, ce sont toujours l’amertume et la tristesse qui dominent au Togo. Ahmad Ahmad a noté que le site de Limbé est retenu pour le CHAN.
  • 2. En 2018, Ahmad Ahmad avait débarqué à Étoudi, avec un certain Samuel Eto’o. Cette année, en plus d’une pléthore des officiels de la CAF, une flopée des anciennes gloires du football Africains participeront aux négociations. Cette forte représentation indique très bien que les participants ont bien retenu les erreurs du conclave de 2018. Il vaut mieux être présent sur place à Étoudi pour mieux voir soi-même, de façon panoramique, les stades, les routes et les autres infrastructures sportives et d’accueils du Cameroun. Les fuites d’informations sur les négociations de 2018 ont fait des dégâts.

En tant que Camerounais, ce sujet est vraiment sensible et je me dois de préciser que je serais le premier à me réjouir si les Camerounais pouvaient réussirà se dépasser et se mobiliser pour organiser le CHAN et la CAN. Mais les dures réalités de la situation économico-politico-sociale du Cameroun nous commandent d’être pessimistes ou du moins prudents. Et l’annonce de l’arrivée de Mr Ahmad Ahmad au Cameroun peut cacher encore des pertes énormes de toutes sortes. Et comme à son habitude, ce dernier n’a pas de plan B.  Et pendant ce temps, la Tunisie se désiste pour éviter un Cabinda 2,  le Gabon et le Sénégal se préparent (pour le CHAN) et l’Algérie et le Maroc vernissent leurs stades qui sont prêts depuis longtemps. Nous ne demandons donc qu’à voir.

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments