« Je vous Aime » : Ce Message de Maurice Kamto qui Bouleverse Paul Biya

« Je vous aime…, je vous aime tant… ». Voilà les quelques mots que le deuxième président de la jeune République du Cameroun, Paul Biya, n´aime pas entendre. Il n´aime pas les Camerounais. Il n´a jamais pu adresser ces mots aux Camerounais qu´il méprise machinalement au passage.

Une défaillance congénitale que le Professeur Maurice Kamto, le troisième président élu du Cameroun, a bien décelée et qu’il essaye de combler en inondant les Camerounais d´un amour généreux et doux qu’il veut rassurant, réconfortant, plein d´espoir et de courage. Cet amour est sans limite et sans frontière et il ne manque aucune occasion de le dire et de le redire aux Camerounais et de le répéter comme un Professeur qui veut s’assurer que le message arrive au fin fond du cœur des Camerounais.

Pendant que les Camerounais approuvent, ressentent et savourent cette chaleur amicale, fraternelle et paternelle, le roi du holdup et toute son équipe reçoivent cet amour comme un coup de poing remontant (uppercut) qui vous prends sous le menton et vous laisse complètement KO avec le souvenir amer d’une défaite humiliante. C’est cette douleur que les thuriféraires du régime ne souhaitent pas vivre, c’est pourquoi, dans la tête de ces hommes en déchéance, il n’est pas question que Maurice Kamto s’adresse aux Camerounais de quelque façon que ce soit, meeting, congrès du parti, réunion dans un espace privé, etc…

Oui ! Les camerounais, en choisissant un VRAI Professeur comme troisième président de la République, sont des veinards. En effet, le Président Maurice Kamto a bien souligné que le régime de Yaoundé avait, en 40 ans, installé au sein des Camerounais la haine et la barbarie avec ce résultat qui fait du Cameroun une des nations Africaines la plus insensible et la plus violente.

Il est aussi conscient que, adresser son amour au Camerounais, retourne complétement Paul Biya, c’est pourquoi il a entrepris de remettre au cœur des Camerounais l’amour, la solidarité, la dignité et la joie. C’est en fait là le résumé de la grande communion de la place de la République à Paris. Maurice Kamto n’y a parlé que de son amour pour son peuple et de sa dignité et de sa grandeur dans la lutte. Et les Camerounais le lui rendent bien car ceux-ci ont vibré à l’unisson dans une joie patriotique qui a ému, interrogé et interpellé le monde entier. La fusion était totale.

Et Maurice Kamto, ce Président-Professeur, par déformation professionnelle, ne cesse de retourner le couteau dans la plaie de ces fossoyeurs de notre République en ponctuant régulièrement ses discours de ces mots doux, apaisants et rassurants qui solidarisent les Camerounais et qui déchirent le cœur des mentors du RDPC :

« Mes chers Amis, mes chers frères et sœurs…. »

« Accompagnez-moi dans la chanson de notre hymne national…. »

« Accordons nous une minute de silence pour tous les Camerounais qui tombent tous les jours… »

« Mon jeune frère et fils… »

« Je vous aime tant…. »

« Je vous souhaite un bon retour dans vos familles et vos maisons respectives… »

Etc…

Rien qu’avec ces quelques exemples, les Camerounais qui connaissent très bien l’arrogance et le mépris du régime de Paul Biya mesurent très bien la douleur que ces mots d’amour infligent à ces insensibles qui nous torturent. Et pour rendre son amour à Maurice Kamto, les Camerounais entonnent à son endroit « Le peuple t’a choisi, tu es notre Président… ». Bref, de quoi retourner le couteau dans la plaie de nos bourreaux.

Voyez-vous, on se réjouirait presque des mésaventures de ces hommes sans cœur si cela n’était pas en train de tourner au drame. C’est pourquoi la morale prônée par Maurice Kamto nous invite à la compassion pour ces pauvres âmes. En effet, d’après une source d’information non vérifiée mais plausible, à chaque discours de Maurice Kamto, les médecins du régime auraient noté une violente dégradation de la santé chez les thuriféraires du régime. Une très haute instruction avait alors été donnée à tous les étages de commandement leur interdisant de suivre les discours de Maurice Kamto. Une interdiction que tous, sans exception, n’ont pas pu observer, y compris à Étoudi où, nous dit-on, ces discours de Maurice Kamto créeraient dans les couloirs une mobilisation générale aux humeurs exécrables.

La morale de ce dernier aspect de cette histoire, où les pontes du régime et leur mentor se font harakiri, dans un sadisme stoïque, pour écouter les discours plein d’amour de Maurice Kamto, est que : tout le monde a besoin d’amour, y compris ceux qui se prennent pour les disciples de Lucifer. « je ne demanderai pas votre permission pour vous aimer car nous sommes ensembles » (Maurice Kamto, Paris 2020).

Douala Ngando

Facebook Comments
- Publicité -
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments