Le suppo du jour : LE PRIX DE LA PAIX (par Général VALSERO)

Comme toutes les choses essentielles dans la vie, la paix a un prix.
Sommes-nous disposés à en payer le prix?
Telle est la question qui me préoccupe.
On veut la paix, on demande la paix. Tous les Camerounais répètent et se répètent la même chose à longueur de journée.
Pensons-nous qu’il suffit de l’écrire ou de le crier pour avoir la paix?
Peut-on obtenir la paix par un décret ou par sa simple volonté?
Dans notre dur chemin vers cet idéal, j’aimerais partager avec vous quelques zones d’ombres.

Comment allons-nous procéder pour aboutir à la paix?
Que devons-nous faire pour y arriver?
Est-ce que se taire, accepter l’injustice, la corruption, le vol, la pauvreté et la misère sans broncher nous garantit la paix?
Est-ce que la répression, la militarisation, la violence et la propagande peuvent imposer la paix?
Est-il possible aujourd’hui d’avoir la paix sans une profonde remise en question du leadership et de la gouvernance actuelle ?

À mon humble avis,
c’est l’État qui détient la clef de la paix au Cameroun.
c’est l’État qui a le pouvoir et le devoir de rétablir la paix entre les Camerounais car c’est dans notre capacité à être un peuple que nous avons été ébranlés.
Nous n’avons pas de problème de cohabitation ou de brassage ethnique.
C’est être un peuple, vivre comme un peuple, défendre ensemble un intérêt commun, être fier de l’identité et des valeurs communes, qui nous est difficile de mettre en oeuvre. C’est ça notre problème, c’est ça le problème du Cameroun.

Frères et Sœurs, nous n’obtiendrons la paix ni en la mendiant, ni en suppliant et encore moins en le voulant tout simplement.
Nous allons devoir nous battre pour ça.
On ne demande pas la paix mais on fait la paix, il est important de percevoir la nuance.
Faire la paix, c’est accepter de faire des compromis, c’est écouter l’autre, c’est se mettre à la place de l’autre et surtout accepter qu’on n’a peut-être pas raison.
Faire la paix, c’est faire taire son ego et accepter la contradiction.
Faire la paix, c’est écouter les plaintes, les souffrances et les pleurs,
Faire la paix, c’est déposer les armes et privilégier le dialogue.

Il y a quelques mois encore, à la place de “paix” le mot à la mode était “dialogue inclusif”. Ce fameux dialogue qui devait aboutir à la paix.
Finalement le dialogue a eu lieu mais n’avait du “dialogue” que le nom, simplement parce que nous avons laissé faire le gouvernement quand nous n’avons pas directement été son complice pour certains, nous avons vidé le dialogue de toute sa substance, de toute sa sincérité et de toute sa force. A la fin, le “grand dialogue national” que nous avons eu fut davantage une injure à la douleur et à la souffrance qu’autre chose.

Zones d’ombre:
Comment pouvons-nous penser que nous sommes sur le chemin de la paix si le gouvernement, dans un cas précis comme celui du carnage de NGAR-BUH dans le Donga Mantung, peut annoncer le chiffre de 5 morts quand 22 personnes ont perdu la vie, et quand le même gouvernement parle de la mort de Camerounais comme d’un dommage collatéral ?
Pouvons-nous aboutir à la paix en construisant sur des bases telles que la mascarade électorale du 9 février dernier?
Peut-on aboutir à la paix si le peuple continue de subir cette violente gouvernance empreinte d’arrogance?

Loin de moi l’idée de faire du pessimisme car je crois en le peuple camerounais, je crois en sa soif de paix, et surtout je crois que nous avons la force de faire ce qu’il faut pour obtenir une paix sincère et durable.
La paix sans son contenu aura des conséquences beaucoup plus catastrophiques que le grand dialogue national.
Restons lucides et objectifs, le chemin vers la paix est difficile et nous allons devoir nous battre pour y arriver.
C’est en continuant de nous battre comme nous le faisons actuellement. C’est en maintenant la pression sur ce gouvernement que nous y arriverons
La paix ne nous sera ni offerte ni donnée.

Ps: détendez vous et laissez passer le suppositoire.

Valsero
LMD
.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

53 immeubles au Cameroun et en France, 39 véhicules, 20 milliards… J.A. lève un...

Le magazine panafricain basé  à Paris en France a pu avoir accès  au dossier en justice de l’ancien tout-puissant ministre de la...

L’Hon. Albert Dzongang répond à Atanga Nji : «Les balles sont le quotidien de...

  L’ancien député, affirme que « Le 22 septembre c’est le déclenchement de la révolte de 99% d’opprimés...

Cameroun: “On s’adresse au président de la République que nous payons”. Me Alice Nkom...

"Je n'ai pas donné mandat au RDPC de gérer ma vie, mais à un monsieur qui est aujourd'hui mon mandataire...donc, ce que...
video

Syndrome Malien : Ces militaires qui rejoignent la résistance et appellent à une sortie...

10.000 (dix mille), 20.000 (vingt mille), 30.000 (trente mille), 40.000 (quarante mille), 50.000 (cinquante mille)… Les Camerounais doivent sortir massivement « pour renverser…...

Cameroun : Me Fabien Kegne écrit aux gouverneurs de Biya et Atanga Nji qui...

Dans une lettre adressée aux gouverneurs, Me Fabien Kengne, avocat au barreau du Cameroun, par ailleurs militant du Mouvement pour la renaissance...
- Publicité -
Facebook Comments