Télescopage : Le Rétablissement du droit aux Réunions Publiques Coïncide avec la Fin des élections

La Françafrique, sous la pression de la mondialisation et la détermination des peuples d´Afrique Francophone, n´arrive plus à noyer toutes les magouilles qui régissent son fonctionnement, en l´occurrence en ce qui concerne l´organisation de la vie démocratique qui est sanctionnée par les élections. La stratégie qui est à la mode en Françafrique,  et qu´on observe dans tous les pays Africains francophone, consiste à crier à tue-tête sur tous les toits que nous sommes dans le multipartisme et ensuite de mettre en place toute une batterie de mesures pour empêcher les partis d´opposition de s´exprimer : Asphyxie financière, corruption, infiltration, emprisonnement, exil et interdiction de toute forme de réunions et de manifestations concourant à la formation et à l´expression politique. C´est cette dernière mesure qui est en application en ce moment au Cameroun et que le régime Biya combine à souhait avec toutes les autres formes de mesures depuis près de 38 ans. C´est ce que vient confirmer un ensemble d´évènements relatifs à l´expression de l´opinion politique au Cameroun : Après la réélection du RDPC, place maintenant aux réunions publiques.

Voici les deux évènements qui se télescopent et qui illustrent très bien la pression que subit la FrançAfrique et qui serait à l’origine des déclarations qui semblent incompréhensibles de Paul Biya d’une part (« je suis venu rendre compte à Mr Macron » et d’autre part de Mr Macron (« Je vais appeler Paul Biya pour lui donner des instructions »:

Evénement numéro 1 : 9 Février 2020, fin des élections au Cameroun

Le double scrutin du 9 février vient de s’achever au Cameroun. Comme en 2018, c’est Maurice Kamto qui aurait gagné avec plus de 71 %  de Boycott. Comme en 2018 également, c’est le RDPC, au pouvoir, qui va rafler toutes les investitures. Le parti au pouvoir, qui a donc été reconduit pour un autre mandat au service de la France, sans aucun bilan, donne rendez-vous aux Camerounais pour leur succès aux prochaines élections.

Evénement numéro 2 : Après le 9 Février, les partis politiques de l’opposition peuvent se réunir.

A peine deux semaines après les élections, on assiste à une avalanche de décisions et d’appels au gouvernement et à l’Etat- RDPC, appelant à laisser la vie démocratique se dérouler au Cameroun :

  • 18 Février 2020, Après de multiples renvois et près de cinq ans d’attente, Le tribunal administratif du Centre, va ouvrir le bal, en annulant des décisions des sous –préfets de Yaoundé 1er  et 2ème  interdisant l’organisation de «La grande palabre», du journal «Germinal». La mission de «La Grande Palabre» consistait à initier des débats mensuels dénommés ‘La Grande Palabre’ pour entretenir l’auditoire sur le thème: «Institutions démocratiques, libertés, gouvernance économique et sociale, etc…. Le directeur du Journal semble très heureux car dit-il, « À partir de maintenant, il existe au Cameroun, une jurisprudence Germinal, en matière de réunions publiques. Et il est aussi désormais interdit aux autorités administratives d’interdire les réunions publiques ».

Mais ce que ce Directeur heureux sait aussi c’est que toutes les décisions de Justice au Cameroun de Biya, peuvent être cassées à tout moment selon la volonté du parti au pouvoir. C’est donc temporaire jusqu’aux prochaines élections.

  • 22 Février 2020, Mr. Macron va emboiter le pas, face à Calibri : « Sur le président Biya je lui ai dit, il doit ouvrir le jeu, il doit décentraliser, il doit libérer les opposants politiques, il doit faire respecter les droits. Je mettrai tout ce qui est en mon pouvoir pour que cela ait lieu ». Bien entendu Jusqu’à l’approche des prochainesélections.
  • 24 Février 2020, la sénatrice Karen Bass, pour compléter le tableau, va exprimer son espoir «  … qu’après sa visite aux États-Unis, M. Kamto pourra retourner dans son pays sans être emprisonné ou heurté. La démocratie ne peut subsister sous la menace de la violence». Et bien entendu, jusqu’à ce que les prochaines élections pointent à l’Horizon.
#ctaText??#  Cameroun: Ce que le régime Biya et les Ambazoniens se disent

Comme vous avez pu le constater vous-même, ce télescopage ne peut et ne doit pas échapperà notre vigilance pour au moins trois raisons que les deux évènements ont en commun:

  1. Tous ces évènements arrivent après les élections du 9 Février 2020.
  2. L’opposition Camerounaise demande ces mesures depuis 1991.
  3. Ces décisions ou recommandations ne sont pas inscrites dans la constitution.

Donc, ce télescopage, orchestré par le régime Biya a pour but de nous faire accepter le système politique alternatif (comme le courant électrique) de l’Etat-RDPC : Démocratie en construction en période hors élections et Dictature diabolique en période électorale. Un système qui entraine le Cameroun dans des traumatismes de plus en plus irréversibles.

Apres ces fausses élections donc, et maintenant que le parti au pouvoir, est bien installé dans sa besogne au service de la France, voici comment la vie politique va se dérouler au Cameroun si le régime ne change pas (vous pourrez le vérifier au fil des semaines et des mois qui vont suivre):

  • Les réunions dans les domiciles privés sont à nouveau possibles.
  • Les partis politiques et les organisations non gouvernementales pourront tenir des réunions publiques.
  • Les partis politiques pourront tenir des manifestations publiques que le régime ne va pas interdire mais usera de toutes les astuces pour dissuader les participants, en expliquant que « nous ne sommes pas encore en campagne électorale » ou mieux que « nous sommes en saison de pluies ».
  • Toute critique du régime sur les médias sera interdite car les journalistes sont payés pour rappeler aux acteurs politiques que nous ne sommes pas en période de campagne. C’est une mission à laquelle les journalistes Camerounais veillent particulièrement. C’est d’ailleurs le premier critère de professionnalisme dans ce métier au Cameroun : « STOP ! La campagne n’a pas encore commencé ».
  • Le RDPC, au pouvoir, met à profit ce semblant de démocratie pour identifier toutes les têtes montantes de l’opposition qu’il faudra mettre sous cloche, par tous les moyens, avant les prochaines élections

Tout ce carcan qui donne l’impression d’une respiration démocratique, va s’arrêter net  un an avant la date des prochaines élections, sous l’impulsion de quelques administrateurs maladifs, protégés par l’impunité absolue, une des emblèmes du régime. Toutes les actions de la vraie opposition se retrouvent en générale complètement paralysées.

Ainsi va la Françafrique ! Avec tous ces tracas, les Camerounais peuvent mesurer la détermination et les sacrifices qu’ont dû consentir le MRC et ses alliés pour réussir à faire élire Maurice Kamto à la tête de l’Etat en 2018/.

Douala Ngando

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

‘KKK number behind white power gesture’ spotted by Portland protester was actually poster celebrating...

A sharp-eyed protester in Portland claimed she spotted a white supremacist hate symbol taunting her from a window of the BLM-besieged federal...

Coronavirus – Pourquoi tout le monde s’est trompé. Il ne s’agit pas d’un «...

« Le conte de fée de l’absence d’immunité » « Il était encore plus faux de prétendre que la population n’aurait...

Erdogan a reçu une tape sur les doigts en Libye. Plus à suivre ?...

Une série de succès remportés par le gouvernement d'union national (GNA) soutenu par la Turquie en Libye a tourné court le 4...

RDC : la faim pourrait tuer plus de gens que la Covid-19, selon Oxfam...

Dans un communiqué publié jeudi 9 juillet, l'ONG internationale OXFAM affirme que la faim liée à la covid 19 pourrait tuer jusqu'à...
video

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la...
- Publicité -
Facebook Comments