Pourquoi faut-il protéger citoyennement Maurice Kamto? (Par Christian Ntimbane Bomo)

L’histoire des démocraties et des lutte pour les libertés, s’est toujours appuyée sur des figures, des symboles, des êtres, souvent apparus de nulle part où alors de là où on s’attend le moins : « Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon ? »

Qu’on le veuille ou pas, Maurice Kamto, l’est en ce moment. Il est devenu pour de nombreux camerounais, même non militants de son parti, l’incarnation de la résistance.

Malgré les divergences d’approches, de postures et de positions, il est actuellement le socle convergent, sur lequel les forces de changement , de justice et de liberté, sourdes, muettes, visibles, invisibles, ou exprimées, se tiennent pour évoquer et appeler à l’émergence d’un État de justice sociale, démocratique et de liberté au Cameroun.

Contrairement à l’idéal bien pensant, il ne faut pas un saint, un parfait pour incarner cette quête .

Mandela, Pasteur Luther King, grand défenseurs de l’égalité raciale ne faisaient pas l’unanimité au sein de leurs opinions publiques.

Il était reproché à Mandela d’être devenu l’ami et le justificateur des afrikaners avec lesquels il tissera de solides liens amicaux en prison.

Martin Luther fut farouchement combattu par ses frères noirs militants des Blacks Power qui l’accusaient d’être au service des Blancs.

Plus proche de nous, Ruben Um Nyobe, auquel fut aussi reproché, de s’être entouré essentiellement de ses frères du village.

Mais pourtant, son nom continue d’être le ferment de la libération totale et complète du peuple camerounais. .

Ainsi, les luttes de libération et libertés n’ont jamais été menées par des hommes vus et pris comme des saints, parfaits, mais par ceux qui donnent aux autres la force et le courage de dire : NON, ÇA SUFFIT.

Retirer l’onction de la lutte à Maurice Kamto ou le détruire en ce moment, c’est tuer tout simplement la revendication citoyenne d’un État démocratique, juste et libre, pour solidifier le statu quo et toutes ses misères qui l’accompagnent, infligées par ces élites compradore Rdpc au petit peuple du Cameroun.

C’est pourquoi, tous ceux qui veulent d’un Cameroun nouveau démocratique et de justice sociale doivent protéger le symbole que nous avons actuellement : Maurice Kamto.

Le faire, ce n’est pas parce qu’on n’a rien à lui reprocher.

Il viendra certainement le temps des reproches, des critiques.

Par exemple, à quoi servirait-il de rappeler tout le temps que Maurice Kamto a collaboré avec Paul Biya, alors qu’il est patent qu’il a démissionné de son gouvernement, l’a challengé de fort belle manière à la dernière élection présidentielle, si ce n’est une entreprise visant à le délégitimer, créer un vide et décourager tous ceux qui croient au possible changement ?

Protéger Maurice Kamto, et tous ceux qui travaillent pour l’avènement de ce Cameroun nouveau tant rêvé, devient donc un impératif citoyen.

Personnellement, je m’y engage.

Je ne laisserai jamais passer la moindre initiative destructrice de ce symbole.

Car vouloir le tuer sans solutions de rechange fiables et efficaces, sous prétexte d’une pseudo liberté d’expression, c’est tuer la lutte.

Christian Ntimbane Bomo Société Civile Critique.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

- Publicité -
Facebook Comments