Cameroun! L’Ombre de la mort de Maître Sylvain Souop plane sur la Fermeture de la clinique Marie O.

Ce message, qui ne surprendra aucun Camerounais, est un rappel à tous les membres des ONGs, tous les opérateurs économiques et sociaux, les responsables des partis politiques et tous ceux qui défendent la cause du peuple Camerounais, pour insister sur le fait que le régime de Yaoundé couve des objectifs macabres avec la fermeture de la polyclinique Marie O de Douala. L’objectif absolu est d’orienter toutes ces personnes vers les hôpitaux de référence de Douala qui ne sont de référence qu’en matière de mise à mort.

Sans entrer dans les dédales du système sanitaire Camerounais qui fait de notre pays un sanctuaire où la mort rode jours et nuits et en permanente embuscade, voici quelques clichés qui résument cette déchéance profonde et chronique :

–              En Janvier 2020, Maître Souop, suite à une fracture du bras, entre dans un de ces hôpitaux que M. Manaouda Malachie qualifie de référence, pour une fracture du bras et n’en sortira que les pieds devant, pour défaut d’anesthésiste : Un vrai assassinat… de référence.

–              La semaine dernière, le jeune couple (Nkimi Albert et Christelle Ntsama)  vont vivre la mise à mort lente et douloureuse de leurs quadruplés à l’hôpital central de Yaoundé, la capitale politique du Cameroun. Un supplice insoutenable dont la cause est, nous dit-on, le défaut de couveuse dans toute la capitale : Un vrai assassinat…

–              Cette énième mise à mort nous rappelle un autre drame survenu à l’hôpital Laquintinie de Douala, le Samedi 12 mars 2016, auquel l’on a donné le nom de “affaire Monique Koumatekel”, du nom de cette jeune femme de 31 ans qui avait succombé avec ses jumeaux. Un traumatisme national qui hante encore tous les esprits.

Déjà mère de trois enfants, Monique koumatekel mourra le 12 mars 2016 devant des infirmières de l’hôpital Laquintinie plus préoccupées de regarder les feuilletons de Novelas que de s’occuper de cette femme enceinte de jumeaux en travail qui n’avait pas l’air d’avoir un portefeuille garni pour payer l’ennui qu’elle leur aurait causé à la suite du service.

Tout cela pour dire que la fermeture de cette clinique Marie.O., qui est un acte hautement criminel, est un message clair du régime de Yaoundé. Cet acte crée une forme de couloir de la mort pour les malades de Covid-19, exactement semblable aux calles qu’on trouve dans les abattoirs et que les vaches empruntent malgré elles pour leur rendez-vous avec la mort.

Tous les malades sont donc condamnés à aller se soigner uniquement dans les hôpitaux de référence de Monsieur Manaouda Malachie, à l’exception, bien entendu, des membres du régime qui ont pris un abonnement dans les hôpitaux de Paris et de Genève.

« A bon entendeur salut ».

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Négociations entre Ayuk Tabe et leGouvernement camerounais : Ayaba Cho réunit le Conseil de...

A en croire les termes d’un communiqué publié sur les réseaux sociaux dimanche matin par Ayaba Cho, la direction du mouvement sécessionniste...

Bill Gates et le nouvel ordre mondial pour sacrifier la planète

Bill Gates et ses associés du nouvel ordre mondial sont résolus à détruire l'humanité. Cette conclusion a de...

La crise anglophone et la communauté internationale (Décryptage)

La communauté internationale a toujours un rôle essentiel à jouer pour mettre fin aux conflits dans le monde,...

Une autre manifestation pour réclamer le départ de BIYA

Les manifestations s'enchaînent pour exiger la fin du régime autocratique qui règne en maître au sommet du Cameroun...

Cameroun: Ce que le régime Biya et les Ambazoniens se disent

La pression Onusienne C'est le Magazine Jeune Afrique qui a révélé cette information qui...
- Publicité -
Facebook Comments