Bavure Policière à Mineapolis (Par Joël Asher Lévy-Cohen*)

L’exécution en plein air de George Perry Floyd par le constable Derek Chauvin : Un meurtre aux ‘‘enjeux politiques’’ et ‘‘accents électoralistes’’

‘‘Nous ne serons jamais satisfaits tant que les Noirs seront les victimes de l’horreur indicible de la brutalité policière.’’ Martin Luther King, Apôtre de la paix, 1964

‘‘Être Noir au pays de l’Oncle Sam’’, c’est, par définition,‘‘être d’avance condamné à mort’’. C’est sans conteste marcher avec la mort côte à côte. C’est fréquenter journellement la mort dans des conditions d’extrême violence physique et de constante pression psychologique, de déni délibéré d’humanité et de dignité, de liberté et de justice.Tel a été, sans aucun doute, l’horrible et tragique destin de George Floyd, un agent de sécurité ayant perdu son travail en raison de la pandémie du Coronavirus.

Cet Africain-américainde 46 ans,qui n’a absolument manifestéaucune résistance lors de son interpellation musclée[i], a été exécuté sommairement par le Constable Derek Chauvin en plein air.Au vu et au su des passants. Appelé à intervenir dans une affaire d’un billet de 20 $ utilisé dans un commerce[ii], ce policier employé par la ville de Minneapolis, dans l’État du Minnesota (Midwest), a étranglé avec son genou gauche George Floydplaqué au sol, couché à plat-ventre et maîtrisé solidement par deux autres de ses collègues (Alexander Kueng et Thomas Lane)[iii].

Cet agent de police a très fortement maintenu la pression de son genou gauche sur le cou de sa victime expiatoire qui peinait manifestement à respirer durant 8 à 9 minutes. Pendant qu’il écrasait très lourdement le cou de George Floyd, le constable Derek Chauvin affichait un visage méphistophélique. Aussi avait-il apparemment les mains dans les poches. Ce qui a, naturellement, révolté le public américain.

Malgré les nombreuses supplications et de l’infortuné et des passants littéralement choqués par la brutalité et l’horreur de la scène, rien n’y fait.En effet, dans de telles circonstances, ‘‘un Noir est,plutôt,un butin pour le policier blanc, d’après la morale bien entendu suprématiste. Il est un trophée à ne pas rater, pour rien au monde !’’, dit-on. Cela rappelle incessamment le fameux slogan du tristement célèbre régime ségrégationniste de Pretoria[iv]. Selon ce système politique d’ailleurs,aujourd’hui, démantelé, ‘‘un Noir est, d’abord et avant tout,une matière brute pour l’homme blanc, il est une matière première. Son destin ressemble à s’y méprendreà celui d’un poussin enserré dans les griffes de l’épervier qui doit à tout prix nourrir ses petits. Alors pas question de lâcher sa proie, sa victime, même au nom d’une quelconque morale humaniste ou croyance religieuse’’.

Par conséquent, du haut de ses galons de policier, Derek Chauvinqui a perdu le contrôle de tout son être, continue sa ‘‘macabre’’ besogne. Ce qui devait, toutefois, arriver, arriva. George Floyd cesse de respirer. Même à l’arrivée des ambulanciers, ce constable balaise reste sur sa victime du jour.Un véritable baroud d’honneur ! Un pied de nez à la vie ! Quoique celle-ci ne bouge pratiquement plus, le policier en pleine extase intérieure maintient son genou enfoncédansle coude George Floydau moins deux minutes supplémentaires. Inanimé, il est conduit immédiatement à l’hôpital où son décès est constaté après l’arrivée des ambulanciers.

Si les images sur l’exécution sommaire de George Floyd par le constable Derek Chauvin ont, en principe, scandalisé l’humanité tout entière et, par voie de conséquence, écorné davantage la réputation déjà mal-en-point des USA, il n’en demeure pas moins vrai que cet événement horrible par sa cruauté brise le confinement relatif à la vague létale du Coronavirus. Force est de mentionner que cette pandémie mortelle a inexorablement remis en cause le bilan somme toute reluisant de l’administration républicaine de Donald John Trump Sr. En effet, avant le confinement, tous les indicateurs de la vie économique des USA étaient au vert.

Le pays de l’Oncle Sam connaissait manifestement la flambée boursière. Wall Street jubilait,en réalité, tous les jours. En matière d’emploi, c’était, à vrai dire, l’embellie socioéconomique. Toutes les perspectives de chômage,d’ailleurs visiblement au plus bas niveau, s’inscrivaient dans un horizon plus que lointain, pratiquement invisible, inexistant ou effacé. Une telle radioscopie ne pouvait nullement présager une défaite cuisante voire une raclée électorale pour l’équipe dirigeante et gouvernementale en place.En d’autres termes, l’optimisme planait béatement au plus haut sommet de la Maison Blanche. Il avait réussi à chasser du simple regard le doute.

Puis, vint malheureusement le tristement célèbre Coronavirus 19. Cet ennemi invisible que personne n’attendait et qui a surpris tout le monde, se manifestetrès brutalement. Il a pour effet pervers de freiner pratiquement la quasi-totalité de la production nationale. Aussi a-t-il pour effetpervers de renvoyer illico presto au régime d’assurance-emploi des dizaines de millions de travailleurs américains. Moins de trente millions d’individus perdentrapidement leur travail permanent et sont par voie de conséquence inscrits sur les listes des demandeurs d’emploi.

Ce COVID – 19 modifie également le rythme soutenu de la campagne électorale aux USA. En effet, il arrêtenetles primaires démocrates. Amorçant un retour inespéré après quelques déboires enregistrés à l’entame même des primaires à Iowa, l’ancien vice-président Joseph Robinette Biden Jr, alias Joe Biden, de l’administration de Barack Hussein Obama, est définitivement déclaré vainqueur au détriment de l’infatigable socialiste Bernard Sanders, dit Bernie Sanders. Ce vieux routier de la politiqueaméricaine et, surtout,grand habitué du marigot washingtonien (Joe Biden) s’impose finalement au terme d’une lutte à la fois ‘‘âpre’’,‘‘épique’’ et ‘‘rocambolesque’’.Dans ce combat décidément au corps à corps, le Sénateur du Maine (Bernie Sanders) a, d’ailleurs,démontré qu’il avait encore le sens de la répartie et qu’il pouvait toujours supporter,et à son âge,le rythme effréné des meetings partisans.

En imposant donc le confinement, le COVID – 19 entraîne évidemment l’annulation pure et simple des rallyes.Très essentiels à la démocratie électorale, ces rassemblements populaires et partisanscontribuent à mousser la candidature des prétendants aux joutes électorales. En raison de la propension fort élevée à la contamination du public par la pandémie, ce régime de rétention à domicile des citoyens américains plombe littéralement pendanttrois mois la campagne de l’élection présidentielle.Opposant chaudement l’actuellocataire à la Maison Blanche, le très bouillant républicain Donald John Trump Sr, au candidat démocrate Joseph Robinette Biden Jr, alias Joe Biden, – qui, jusqu’à preuve du contraire,est un sérieux outsider –, cette joutedes ‘‘papys septuagénaires’’culminera,bien entendu, le mardi 3 novembre 2020.

#ctaText??#  Comment Zuckerberg a perdu 7 milliards de sa fortune

Pour ce faire, le camp démocrate qui sera vraisemblablement mené par Joe Biden après avoir été confirmé en bonne et due forme par la convention de Milwaukee en juillet 2020, se doit préalablement de choisir un colistier en vued’accompagner cette personnalitépolitique à la magistrature suprême.Dans cette perspective électorale, Amy Jean Klobuchar, sénatrice du Minnesota au Congrès des États-Unis,est totalement pressentie. Elle présente visiblement une certaine longueur d’avance sur bon nombre de ses rivaux potentiels ou déclarés. Juriste de formation, cette proche d’Hillary Rodham Clinton a exercé les fonctions de procureur de son État. Celle-ci a eu, par conséquent, à traiter dans sa carrière judiciaire de magistrat de la poursuite un certain nombre de cas qui relèvent essentiellement des matières d’ordre pénal ou criminel. Entre autres des cas de bavure policière.

À cet égard, de très nombreux détracteurs présentent en fait la sénatrice Amy Jean Klobuchar comme une personnalité politique et judiciaire qui a toujours couvert des bavures policières dans sa carrière.Il importe de remarquer que celle-ci a eu à traiter, lorsqu’elle assumait les fonctions de magistrat, bien des dossiers d’exactions policières auxquelles a été directement mêlé le constable Derek Chauvin. Comme par hasard, elle a jugé en son temps l’inopportunité des poursuites.

La sénatriceAmy Jean Klobuchar,comme le rapportent bien entendu ses pourfendeurs,n’a même pas hésité un seul instant à rejeter du revers de la main toute poursuite criminelle à l’encontre du constable Derek Chauvin, d’ailleurs,directement impliqué dans le meurtre sordide de George Floyd. Force est de constater qu’elle a apporté un démenti formel à tous ces proposjugés maladroits. Par contre, cette personnalité politique évidemment pressentie dans le ticket démocrate opposé au fameux camp républicain a estimé que ‘‘la révocation rapide de ce policier indélicat des forces policières était résolument une première étape’’.Dans cette circonstance,certes,dramatique, cette peine administrative est-elle évidemment suffisante même si elle demeure réellement un pas dans la bonne direction ?

Cette déclaration,certes, irritante en soi n’a pointdu tout manqué de mettre dans tous leurs états d’âme nombre d’activistes des droits humains fondamentaux.En effet, ceux-ciespèrent très vivement, à l’image du maire progressiste de Minneapolis Jacob Frey, l’inculpation suivie d’arrestation de quatre policiers directement impliqués dans cette bavure. Ils menacent même de mobiliser tout l’électorat de gauche radicale en vue de faire tomber électoralementle parti de l’âneau cas oùJoe Biden,ultra-populaire auprès des sujets africains-américains,s’amuserait à amarrer Amy Jean Klobuchardans le ticket démocrate[v].

Il sied de constater que, dans sa stratégie politique et électorale qui consiste pratiquement à battre à plat de couture Donald John Trump Sr, le camp démocrate mise énormément sur l’arrimage d’Amy Jean Klobuchar[vi] sur le ticket conduit par le vieux briscardJoe Biden. Dotéed’une personnalité flamboyante, elle réussira, d’après les stratèges du parti, à diviser le vote des électeurs blancs ou caucasiens au détriment du candidat républicain. Aussi réussira-t-elle à ramener dans l’escarcelle démocrate la grande majorité des voix féminines décisives à la victoire finale. Elle pourra compenser la désaffection de l’électorat progressiste féminin tenté de bouder Joe Biden en raison de son passé sulfureux en matière d’agression sexuelle.

Force est, en effet, de relever que l’électorat du président sortant s’appuie exclusivement sur des communautés blanches. Celui-ci n’est pas du tout diversifié racialement quand même il peut recevoir le support des groupes asiatiques (Extrême-Orient et Sud-Est du Pacifique). Ceux-ci tendent effectivement à voter pour des candidats républicains.

Toutefois, le mardi 3 novembre 2020 est encore bien loin. Une série de facteurs politiques ou physiques pourraient modifier sensiblement la donne ou la trajectoire de la présidentielle américaine. Encore faut-il que le vieux routier de la politique Joe Biden choisisse, certes, la sénatrice Amy Jean Klobuchar.

Toujours est-il que, en raison de cette bavure policière ayant provoqué la mort tragique de George Floyd, les yeux sont, désormais, tournés vers la ville jumelle de Minnesota. Toutes les caméras sont dorénavant braquées vers l’État paisible et progressiste du Minnesota. Cette collectivité fédéréeest, d’ailleurs,plus connue pour avoir enfanté l’enfant terrible du Jazz et du Funk,du Rock& Roll et du R&B, aujourd’hui, disparu : l’incomparable‘‘Prince Rodgers Nelson’’.Cet artiste-musicien de renommée planétaire avait promu, à sa manière et au zénith de sa gloire, le vivre-ensemble collectif.

Par ailleurs, cette bavure policière à Minneapolis est-elle en soi un acte prémédité ou pas[vii] ? Ce qui est clair, cet événementmalheureux et sordide aura politiquement une incidence sur l’élection présidentielle de novembre 2020. Il contribuera de quelque manière que ce soit à la recomposition du paysage politique et national.

Qui vivra, verra !

* Joël Asher Lévy-Cohen, Journaliste indépendant


[i]Les images prises par les caméras de sécurité qui surveillent les circulations routière et piétonne, en témoignent très largement. Celles-ci contredisent la version officielle de la police de Minneapolis.

[ii]Dans une affaire d’ivresse et de drogue, selon la version officielle de la police.

[iii]Tou Thao, le quatrième de la bande policière, est chargé d’éloigner les passants, de les dissuader d’intervenir.

[iv]Le système d’Apartheid en Afrique du Sud (1948 – 1994).

[v]Pour remplacer la sénatrice du Minnesota Amy Jean Klobuchar dans le ticket démocrate, des activistes et radicaux de la gauche américaine misent en faveur de la sénatrice de Californie au Congrès des États-Unis Kamala Devi Harris. Cette ancienne procureure de Californie est née d’un père jamaïcain économiste et d’une mère indienne cancérologue.

[vi]Cette ancienne candidate aux primaires démocrates présente un visage doux et respectueux de femme mariée et de mère de famille.

[vii]Autre information capitale : George Floyd et Derek Chauvin ont déjà travaillé ensemble dans un club fréquenté par de très belles femmes, des créatures de rêve, une clientèle féminine branchée. Celles-ci adoraient énormément George Floyd. Toute la question est de savoir si Derek Chauvin n’a pas profité de cette arrestation pour faire payer à George Floyd toutes ses frustrations accumulées au cours de son passage à ce club.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Coronavirus – Pourquoi tout le monde s’est trompé. Il ne s’agit pas d’un «...

« Le conte de fée de l’absence d’immunité » « Il était encore plus faux de prétendre que la population n’aurait...

Erdogan a reçu une tape sur les doigts en Libye. Plus à suivre ?...

Une série de succès remportés par le gouvernement d'union national (GNA) soutenu par la Turquie en Libye a tourné court le 4...

RDC : la faim pourrait tuer plus de gens que la Covid-19, selon Oxfam...

Dans un communiqué publié jeudi 9 juillet, l'ONG internationale OXFAM affirme que la faim liée à la covid 19 pourrait tuer jusqu'à...
video

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la...

Manifestations du 10 juillet 2020 au Mali : Malgré les morts et les blessés,...

Le chef de l’Etat malien a réagi vendredi soir aux manifestations de colère de ses compatriotes sortis par dizaines de milliers dans...
- Publicité -
Facebook Comments