L’Amérique en feu (Par Miguel Lamas)

Le meurtre de George Floyd par la police a déclenché une rébellion nationale contre Trump. Les mobilisations sont déjà les plus grandes manifestations de masse depuis les mobilisations contre la guerre du Vietnam ou les marches antiracistes lorsque le grand leader noir Martin Luther King a été assassiné en 1968. Ces événements se conjuguent avec le désastre de la pandémie et la crise économique avec 42 millions de chômeurs.

Par Miguel Lamas

Les manifestations contre le racisme se sont étendues à pas moins de 100 villes du pays, y compris des villes aussi importantes que Chicago, Las Vegas, Los Angeles, Detroit, New York, San Francisco et Washington, et ont même atteint les portes de la Maison-Blanche.


Les manifestants ont réussi à franchir la barrière érigée par la police devant la résidence présidentielle. Des pavés, des pierres et des bouteilles ont été jetés, et après onze heures de protestation, la police a dispersé les manifestants – qui menacent de revenir – avec des gaz lacrymogènes. À l’intérieur de la Maison-Blanche, Trump a tweeté : “J’étais à l’intérieur, je suivais tous les mouvements… Si les manifestants (“groupes organisés”) avaient passé la barrière, ils auraient été accueillis par des chiens féroces et des armes redoutables. »

Trump s’est caché sous son lit… dans son bunker


Mais… Trump, avec ou sans ses “chiens féroces”, s’est précipité pour entrer dans son abri souterrain contre les bombes… caché par ses gardes de corps, alors qu’une foule immense l’insultait à proximité. Puis, lors d’une téléconférence, il a insulté les 50 gouverneurs des États du pays : “Vous avez l’air d’idiots” et d'”imbéciles”. Il a explosé avec des messages de vengeance : “Vous devez vous venger. Il faut dominer. Il faut arrêter les gens, les juger et les mettre en prison pour une longue période. “Le monde », conclut-il, « se moque de vous. »

Les déclarations furieuses de Trump surviennent une semaine après la mort de l’Afro-Américain George Floyd des mains du flic Dereck Chauvin dans la ville de Minneapolis. Au cours de ces sept jours, plus de 120 villes américaines ont subi des manifestations de masse, des pillages, des incendies de voitures de police et de commissariats. Des centaines de milliers de manifestants, dont beaucoup d’Afro-Américains, mais aussi un grand nombre de jeunes hommes et femmes blancs.

Personne ne fait attention au couvre-feu

L’une des chroniques note que les émeutes se développent “des deux côtés du pays comme Oakland, en Californie et Atlanta, en Géorgie. Aussi à New York, Washington, Detroit, Houston et Charlotte.
Le couvre-feu, décrété par le gouverneur de Minneapolis Tim Walz,  a commencé à 20 heures du vendredi soir jusqu’à 6 heures du matin, mais il n’a pas été respecté.

L’image de contrôle et de protection des rues que les autorités avaient montrées tout au long de la journée s’est effondrée en quelques minutes. La manifestation s’est déplacée vers un autre poste de police voisin, s’est multipliée, et tout a recommencé.
La destruction, le pillage et l’incendie ont commencé. Le poste de police est encerclé par la manifestation et les policiers sont enfermés dans leurs domaines, incapables de faire respecter le couvre-feu.
Samedi, le gouverneur a annoncé la mobilisation de la Garde nationale de l’État, une décision sans précédent dans les 164 ans d’histoire de cet organisme dans l’État.

La police et des célébrités se joignent à la manifestation

#ctaText??#  ‘The Status Quo’s Not Working’: A Conversation With Kamala Harris (Intelligencer)

Dans de nombreux districts, la police s’est jointe aux marches de protestation. Des scènes à fort impact visuel ont été reproduites dans des États comme New York, le New Jersey, la Floride, et dans des villes comme Washington et Des Moines, avec des policiers à genoux et quelques officiers levant le poing devant les manifestants antiracistes.

Le légendaire ancien joueur de la NBA Michael Jordan, le sextuple champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton, le footballeur français du Paris Saint-Germain Kylian Mbappé ont rejoint la liste croissante des athlètes du monde entier qui ont dénoncé la mort par suffocation de George Floyd. Des célébrités du spectacle comme Madonna ont également publié une vidéo en solidarité avec les protestations.

La rébellion sociale s’étend-elle ?

Si ce mouvement s’est si largement répandu, c’est parce qu’il se conjugue avec la profonde crise économique. Le PIB américain a chuté de 11 % au cours du trimestre, et 42 millions de travailleurs ont été licenciés. Le coronavirus touche surtout les pauvres, les Latinos et les Noirs. Ceci dans le contexte d’une santé publique quasi inexistante, qui ne dessert pas des millions de personnes.

C’est pourquoi cette indignation contre le gouvernement Trump est plus répandue que la simple lutte antiraciste, bien que ce ne soit pas un problème mineur. C’est aujourd’hui un combat qui soulève d’autres questions fondamentales comme l’emploi et la santé publique.

Il y a des expressions croissantes de répudiation mondiale du crime de George Floyd et des actions racistes de Trump. Depuis l’UIT-QI, en tant que socialistes et internationalistes, nous nous joignons à ce mouvement mondial de soutien à la rébellion populaire antiraciste, réclamant la justice pour George Floyd et la prison pour ses meurtriers ; plus de répression et de couvre-feu ; plus de Garde nationale et de soldats dans les rues des États-Unis ; la liberté pour tous ceux qui ont été arrêtés lors des manifestations. Le gouvernement Trump et toutes ses politiques réactionnaires, racistes et impérialistes doivent être vaincus.

Les travailleurs et les jeunes des États-Unis sont réveillés par cette crise brutale. C’est d’une importance mondiale, car cela se passe dans le plus grand pays du capitalisme, dans l’impérialisme américain lui-même. Il aidera grandement les travailleurs du monde entier qui se battent pour mettre fin à ce système capitaliste-impérialiste qui mène à un désastre sanitaire, économique, écologique et social.

http://www.uit-ci.org/index.php/noticias-y-documentos/noticias-internacionales/2594-estados-unidos-en-llamas

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Coronavirus – Pourquoi tout le monde s’est trompé. Il ne s’agit pas d’un «...

« Le conte de fée de l’absence d’immunité » « Il était encore plus faux de prétendre que la population n’aurait...

Erdogan a reçu une tape sur les doigts en Libye. Plus à suivre ?...

Une série de succès remportés par le gouvernement d'union national (GNA) soutenu par la Turquie en Libye a tourné court le 4...

RDC : la faim pourrait tuer plus de gens que la Covid-19, selon Oxfam...

Dans un communiqué publié jeudi 9 juillet, l'ONG internationale OXFAM affirme que la faim liée à la covid 19 pourrait tuer jusqu'à...
video

239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, on considère comme allant de soi qu’elle se transmet par des gouttelettes respiratoires à la...

Manifestations du 10 juillet 2020 au Mali : Malgré les morts et les blessés,...

Le chef de l’Etat malien a réagi vendredi soir aux manifestations de colère de ses compatriotes sortis par dizaines de milliers dans...
- Publicité -
Facebook Comments