Cameroun- Sus à la mafia Politique de la limite d’âge pour éliminer Maurice Kamto de la course à la présidentielle… anticipée!*

Je ne me serais pas trompé de lecture dans un ou deux de mes récents posts sur la toile évoquant l’anti jeu  politico-institutionnel contre un adversaire politique redoutable au Cameroun. Le principal opposant à Yaoundé. Oui tous contre le président élu Maurice Kamto porté par le peuple, le Mrc et ses alliés. Le traquenard contre le professeur sous le sceau de la mafia politique de Yaoundé est la grande corruption matérielle et financière qui sera disposée pour certains acteurs politiques de position et non de l’opposition, certains membres des organisations de la société civile, certains leaders d’opinion, certains universitaires et certains médias de tous ordres avec pour mot d’ordre de soutenir l’anti jeu politico-institutionnel qui sortira des deux chambres des parlements camerounais siégeant en congrès pour éliminer politiquement Maurice KAMTO par le plafond d’âge d’acte de candidature à l’élection présidentielle.

Le même dessein caché est la même résultante qui sortira des assises d’une coalition de plusieurs partis politiques que de nom pour la majorité, certains OSC et autres tous anti Kamto mais non affiché aux yeux de l’opinion publique pour ne pas être vite démasqués, une résolution finale d’accord prenant en compte plusieurs points de revendication du Mrc et son leader mais par contre, le mettront en minorité sur le plafond d’âge d’acte de candidature à l’élection présidentielle pour s’accorder ainsi à l’anti jeu  politico-institutionnel comme mission à eux assignée par le cabinet noir qui mènera une intense campagne médiatique par les communicants politiques et universitaires qui sont ses interfaces pour vendre à l’opinion publique nationale et internationale l’anti jeu politico-institutionnel à l’effet de convaincre le peuple contestataire chauffé à blanc par le président élu Maurice Kamto et ses alliés.

Mais seulement, la lecture qui échapperait à la mafia politique de Yaoundé, est que Maurice KAMTO ne s’appartient plus mais est devenu le patrimoine du peuple de la souffrance, le peuple de l’alternance, son martyr. Et le peuple du changement n’est ni aveugle, ni myope, ni sourd. Mais quand l’heure sonnera, ce sera l’heure du souverain.

Le peuple d’en bas, le peuple de la souffrance mènera sa révolution contre le système mafieux entretenu au Cameroun par la France entre les mains d’une caste mafieuse et sectaire. La jeune génération est pour la renaissance d’un Cameroun nouveau présenté par le Pr Maurice Kamto et ses alliés. Les gens du camp d’en face anti-résistance pour l’avènement d’un Cameroun nouveau sont bien identifiés. Ils sont des acteurs politiques de position, acteurs des OSC de position, leaders d’opinion de position, universitaires de position, membres du gouvernement, députés, sénateurs et maires pour soutenir l’anti jeu politico-institutionnel qui sera voté par les deux chambres parlementaires siégeant en congrès pour éliminer politiquement Maurice KAMTO.

Alors, j’indique que les 14% attribués par le conseil constitutionnel en octobre 2018 au peuple de la souffrance, au peuple de l’alternance, prendront leurs responsabilités. Les visages des communicants politiques et universitaires interfaces du cabinet noir commis pour vendre à l’opinion publique nationale et internationale l’anti jeu politico-institutionnel à l’effet de convaincre le peuple contestataire seront rattrapés par la colère sociale. Compter sur les forces de défenses et de sécurité pour anéantir le feu de la colère qui embrassera le pays, ce sera oublier que ces forces-là viennent des familles aussi bien identifiées et connues des populations.

Le pouvoir de gré à gré de 1958, 1982 ne passera plus au Cameroun. Seule la volonté souveraine du peuple camerounais sera dictée à la France avec la mort du système mafieux qui entretient la prédation du pays à son profit dont se sucre la caste mafieuse et sectaire.

Et je cite le Pr Maurice KAMTO dans son adresse au peuple camerounais le 1er juin 2020 :
« (…) Car, il faut bien se rendre à l’évidence que le régime de Monsieur Paul Biya reste sourd, indifférent et dédaigneux face aux souffrances de nos populations martyrisées du NOSO et aux attentes légitimes du peuple camerounais relatives à la réforme consensuelle du système électoral. Il sait qu’une telle réforme, si elle est bien menée, sonnerait à coup sûr le glas des élections frauduleuses qui ont tristement émaillé l’histoire de notre pays.

Vous comprenez pourquoi ceux qui ne veulent pas d’alternance par la voie démocratique dans notre pays sont à l’œuvre et prêts à franchir toutes les bornes, avec l’appui de leurs soutiens extérieurs. Tout cela est en train de se dérouler sous vos yeux. Je vous alerte afin que nul n’en ignore, ni aujourd’hui ni plus tard.

Nous sommes rendus à un tournant de notre histoire. Il s’agit de ces moments où chaque peuple doit trouver au fond de lui le ressort et le sursaut indispensable pour choisir le cours de son destin. Par notre vigilance collective et notre sens du devoir patriotique, nous devons épargner à notre pays un nouveau désastre de presqu’un demi-siècle qu’on lui prépare à travers l’usurpation du pouvoir.

C’est pourquoi je réitère avec gravité que faute d’une résolution politique de la guerre civile que le régime BIYA a provoquée dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, et sans une réforme consensuelle du système électoral à laquelle auront pris part les principales formations politiques et les organisations de la société civile crédibles, le MRC et le Peuple du Changement n’accepteront pas qu’une nouvelle élection populaire se tienne au Cameroun. Pas plus qu’il n’acceptera aucune manipulation de la Constitution visant à organiser une succession à la tête de l’État par un mécanisme non électif.

Autant dire que l’annonce de l’organisation d’une élection au Cameroun sans la résolution préalable de ces deux crises qui minent notre pays sonnera comme une déclaration de guerre. Et tous ceux qui engageront le pays dans une telle aventure en répondront devant notre peuple et devant l’Histoire.

Trop c’est trop ! (…)

Nous sommes prêts ! Les tortures, les emprisonnements arbitraires et les humiliations, nous les connaissons déjà ! Quinze d’entre nous, dont le premier Vice-Président du MRC, Mamadou Yacouba Mota, sont encore en prison. Et si la mort doit venir pour cette cause, qu’elle vienne !

Tenez-vous prêts, mes chers compatriotes, afin qu’ensemble nous engagions la phase ultime de la lutte pour la libération du Cameroun et l’avènement de la démocratie dans la vie politique de notre pays. Vous devez enfin pouvoir peser sur le destin de notre nation, compter sur un meilleur avenir pour vos enfants, construire un pays fort et lui assurer un rayonnement international.

Parce que la voie des élections démocratiques pour l’accès au pouvoir est celle que nous avons choisie résolument depuis le début de notre engagement politique, je vous invite et vous réitère mon appel à vous inscrire massivement sur les listes électorales, pour que le moment venu, l’expression de votre choix soit massive, nette et sans appel.

Ceci est un appel à la mobilisation générale des Camerounais de tous bords, pour sortir notre pays de la nuit d’une dictature ivre du pouvoir et du fruit de la rapine, et ouvrir une page nouvelle de la construction nationale, celle d’une société libre, fondée sur l’État de droit, ouverte et qui donne sa chance à chacun de ses enfants.

Je vous l’ai dit, je ne vous trahirai jamais ! »
fin de citation.

Bangangté le 12/06/2020
Le Citoyen Youssouf Bamen Calixte,
Consultant politique de terrain/Stratège

#ctaText??#  Cameroun/22 septembre : Bibou Nissack convoque le Général Nkoa Atenga pour annuler les menaces d'Atanga Nji et Consorts

* CAMEROUN – MAFIA POLITIQUE DE YAOUNDÉ : Éliminer le président élu Maurice KAMTO politiquement du terrain par l’anti jeux politico-institutionnel du plafond d’âge d’acte de candidature à l’élection présidentielle anticipée ou pas serait-il politiquement correct ?

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroon: Heightened Crackdown on Opposition (Human Rights Watch)

(Nairobi) – Cameroon authorities banned demonstrations after the opposition party Cameroon Renaissance Movement (Mouvement pour la renaissance du Cameroun, MRC) encouraged people...

Cameroun/Opération Biya doit partir : Au moins 1 mort au compteur ce 22 septembre?

Selon un bilan en fin de journée du 22 septembre de l’Opération "Biya doit partir", lancé par Maurice Kamto, au moins un...
video

Après la répression du 22 Septembre dans leur pays, Des Camerounais prennent l’Ambassade au...

Pour ces camerounais de la diaspora qui veulent faire entendre au monde la tragédie de leur peuple, ce n'est que le décor...
video

“22 Septembre 2020” au Cameroun : Douala dans la rue malgré la violence militaro-policière

De nombreux habitants de la capitale économique camerounaise, militants de l’opposition et des mouvements citoyens, ont pris rendez-vous ce jour, 22...

Cameroun : Marches pacifiques, violentes riposte de l’armée

Quartier Ndokoti à Douala, l'atmosphère est tendue ce 22 septembre, sortie à main nue pour...
- Publicité -
Facebook Comments