Alpha Condé, le parrain des corrompus

Le 8 février 2011, par le décret D/2011/029/PRG/SGG, Alpha Condé a mis en place le Comité d’Audit et l’a rattaché à la présidence à la République. A la création du comité, il avait été clair : ” Auditez les gestions passées et nous les publierons”.
Depuis 2011, aucun rapport d’audit n’a été publié. Pourquoi ? Comment peut-on avoir la preuve de la corruption de ses adversaires et refuser de la révéler ? Soit qu’il n’aime pas la Guinée parce qu’il empêche les Guinéens de connaître leurs ennemis et ceux qui ont pillé leur pays, soit qu’il manque de courage.

Il a fait publier des ramassis de bêtises, qui ont valeur de rapport d’audit à ses yeux, par AfricaMedia du Cameroun. Où est le courage ? L’objectif était de discréditer deux de ses adversaires redoutables : Sidya Touré et Cellou Dallein Diallo. Il toujours voulu chercher des poux dans leurs cheveux. Que nenni !

Depuis qu’Alpha Condé dirige ce pays aucun fait de corruption même révélé n’a été puni. Les procès contre la corruption ont été obstrués. D’ailleurs faut-il rappeler que les audits n’ont pas été systématiques et qu’ils étaient commandités depuis la primature. Ils étaient à têtes chercheuses. Ils visaient à remplacer certains cadres par des copines et collatéraux. Oui, des copains et copines, coquins et coquines. Dans ce pays, avec Alpha Condé, plusieurs ministres se disputent les mêmes jeunes dames cheffes de cabinet, députées ou ministres. Nous vivons une grande cadence des mœurs.

Alpha Condé a produit plus de nouveaux riches que les autres dirigeants. Ils battent campagne pour lui et, avec l’argent des régies financières. Ils capturent les recettes fiscales. Ils sont larges comme la panse des chevaux quand il s’agit d’acheter de belles voitures et de belles marques de téléphone pour les jeunes dames. Ils sortent de terre des constructions altières. Ces nouveaux entrepreneurs n’ont aucune entreprise, n’ont investi aucun capital, leur fonds de commerce est : la servilité et le militantisme. Ils lèvent de grandes ressources financières alors que leurs entreprises virtuelles ne sont sur aucun marché boursier. Voilà les types de nouveaux entrepreneurs qu’il compte produire dans 3 ans : 100 000.

Dans le préambule de la Constitution du 7 mai 2010, il était écrit que ” la corruption est imprescriptible “, Alpha l’a démolie. Quand les anciennes pontes de s’opposent à lui, il plaint leur vénalité, mais quand elles lui vouent allégeance, il les blanchit, les expie et les agrée dans son gouvernement afin qu’ils accèdent à la rente. Alpha Condé croit qu’il est dieu, qu’il a la grâce de l’absolution. Mais la Guinée serait-elle son patrimoine ?

Il y a quelques années , il avait été dénoncé la surfacturation dans une opération d’achat de la résidence de l’ambassadeur de Guinée au Brésil révélée par l’ancien chargé à la communication de la dite représentation diplomatique. Les manifestations ont eu lieu devant le palais d’Itamaraty avec le slogan, pour attirer l’attention des autorités, « Crimes à l’Ambassade de Guinée au Brésil, Professeur Alpha Condé, le saviez-vous ? » Qu’a fait le gouvernement du Président Alpha Condé ? Les crimes dénoncés et présumés étaient : l’évasion fiscale, le détournement de deniers publics, la falsification des dossiers, la vente de passeports diplomatiques, la naturalisation des Brésiliens.

En mi- octobre 2016, le géant anglo-australien Rio Tinto a admis avoir payé 10,5 millions de dollars au banquier d’affaires français François de Combret afin d’obtenir des droits sur Simandou en 2011. Cela a valu le licenciement de deux principaux dirigeants à Rio Tinto. François avait rendu des services à Rio Tinto et avait reçu des honoraires. Rio Tinto a bien affirmé avoir découvert en août 2016, lors d’une enquête interne, un échange de courriels entre trois de ses hauts cadres traitant de paiement des honoraires à François pour service rendu.

Alpha Condé, interrogé à ce sujet, a nié avoir été au courant que François, son condisciple à Science-Po Paris, travaillait pour Tinto. . Quand on analyse de prêt les manœuvres mises en place par François pour recevoir ces fonds, on peut affirmer qu’un acteur corrompu n’encaisse jamais directement les dividendes de la corruption. Il se sait sous surveillance. François a recouru à une société écran « Sufafos Limited » qu’il a domiciliée dans les îles vierges britanniques. Sufafos Limited a été créée en janvier 2011, soit 3 mois avant la conclusion du contrat de Rio Tinto sur Simandou, elle été liquidée le 15 janvier 2016, soit 3 mois après avoir reçu ses honoraires. N’a-t-il pas livré des informations privilégiées, en tant que conseiller du Président Alpha Condé, aux dirigeants de Rio Tinto les favorisant dans l’acquisition des droits sur Simandou ? Pourquoi le Président de la République de Guinée s’est-il limité à dire qu’il n’y a pas de eu de malversations, sans porter plainte contre de Combret ? N’est-ce pas qu’il y a eu mutualisme de la corruption ?

Dans le livre Vincent tout-puissant, Dominique Lafont , ancien directeur général de Bolloré Africa Logistics, livrait une version à la fois particulièrement crue et inquiétante au sujet des activités du groupe à Conakry . « Sur Conakry, j’ai fait comprendre à Vincent que je n’approuvais pas la méthode et j’en appréhendais les conséquences en termes d’image. On s’est un peu comporté comme des Cow-boys », révèle Marianne à la page 10 de sa parution N° 1103 du 4 au 10 mai 2018.» Selon le Monde qui a pris connaissance des documents saisis par la police courant 2016 lors d’une perquisition au siège du groupe Bolloré à Puteaux – nombreux mails et agendas saisis montrent que l’état-major du groupe dont Vincent lui-même était informé en temps réel des actions menées pour soutenir les présidents togolais et guinéen. Et, dans un rapport de synthèse daté du 25 avril 2018, les policiers français avaient écrit : « les scellés constitués lors des perquisitions du 8 avril 2016 mettaient au jour de nombreux indices qui, de par leur nature et leur chronologie caractérisaient les contreparties obtenues par le groupe Bolloré du financement des campagnes de Faure Gnassingbé et Alpha Condé ».

Ceux qui se battent pour accorder à Alpha Condé un autre mandat, ne sont que les ennemis de la Guinée qui jouissent du pays depuis son avènement au pouvoir. Ils se battent moins pour Alpha, mais pour eux : la perpétuation de leurs intérêts matériels. Alpha les nomme, les promeut, les encourage et laisse faire. Il est le parrain des corrompus.

* Ibrahima SANOH, Citoyen guinéen.

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Next Africa: Third Wave Rages as Developed World Moves on (Bloomberg)

As the world’s richest countries ease coronavirus restrictions and prepare for a return to pre-pandemic life, Africa is in the grip of a rapidly...

Cameroun : Paul Biya donne l’ordre d’exterminer les séparatistes

Selon l'armée camerounaise, le département de Bui dans le Nord-Ouest, est en train de devenir un épicentre d’atrocités séparatistes. Environ 35 engins...

Côte d’Ivoire : Les premiers mots de Laurent Gbagbo

Malgré la décennie passée et les restrictions sécuritaires imposées par le régime Ouattara, la popularité de Laurent Gbagbo en Côte...
video

Côte d’Ivoire : Historique et triomphal accueil pour Laurent Gbagbo malgré la provocation de...

Craignant que l’accueil à lui réservé par les Ivoiriens se révèle une démonstration de force politique pouvant conclure au caractère intact de...

Passe d’armes en RDC après la réduction à 13 ans de la peine de...

Ce verdict, plutôt favorable à bien y regarder, n’emballe pas manifestement ses partisans qui se seraient certainement attendus à sa relaxe pure...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :