5 Raisons pour lesquelles l’Afrique doit rejeter le vaccin du Covid 19

Nous avons le choix de nous vacciner ou pas. Défendons vigoureusement nos vies contre ce vaccin. C’est notre responsabilité et un droit inaliénable.

Le vaccin contre le Covid-19 fait couler beaucoup d’encre dans le monde et en Afrique. Alors que des présidents à l’instar de Paul Kagame du Rwanda, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire ou Macky Sall du Sénégal tiennent un discours similaire à celui des dirigeants des pays Occidentaux qui le présentent comme la seule solution au Covid-19, les populations africaines en majorité et une partie importante de celles d’Europe et d’Amérique s’en méfient et le rejettent. Pour éclairer ceux qui tergiverseraient encore sur le continent africain, votre journal énonce ici les raisons pour lesquelles malgré les affirmations des leaders politiques et des leaders d’opinion, l’Afrique devrait fermement rejeter ce vaccin.

L’histoire des rapports sanglants entre l’Afrique et l’Occident.

Il n’est pas besoin d’expliquer longuement ici que lorsqu’un peuple étranger est venu vers le vôtre avec violence, a procédé au commerce de vos semblables, occupé vos terres, assassiné vos leaders et continue de piller vos ressources naturelles en fomentant des guerres et des coups d’Etats pour maintenir le statuquo, il ne vous veut pas de bien. Après que vous ayez compris que votre développement industriel et votre épanouissement économique et financier sont perçus par lui comme une menace à sa survie, vous avez toutes les raisons d’être suspicieux de toutes ses actions, surtout celles qui paraissent bienveillantes, étant donné que vous avez des repères historiques pour cela.

Nous savons aujourd’hui que ses Organisations Non Gouvernementales (ONGs) humanitaires et son apparente générosité ne sont que des subterfuges pour créer des opportunités d’infiltration et des chevaux de Troie pour manipuler les populations et vous garder dans une situation d’infériorité. Pourquoi en serait-il différent avec ce vaccin ? 

Des entités étatiques et gouvernementales ayant démontré une profonde méchanceté tout au long de notre histoire ne peuvent pas subitement être devenues bienveillantes. On ne peut pas froidement assassiner le père et prétendre aimer les enfants en même temps. Les sorties des présidents Macron et Kagame qui déplorent le fait que l’Afrique pourrait une fois de plus être exclue de la distribution du vaccin contre le Covid-19 ne sont que manipulation pour une entourloupe de plus. Même les alertes qui apparaissent ces derniers temps dans les réseaux sociaux venant de personnel de santé ou de proches de malades participent de la stratégie de la panique dont le but est de causer la ruée vers ce vaccin. 

Cette simple réflexion devrait suffire à susciter de la méfiance vis-à-vis du vaccin du Covid 19 donné gratuitement par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS ). Pour ceux qui trouveraient cet argument pas suffisant, une revue des précédents historiques par rapport aux vaccins s’avère utile.

  • Les effets néfastes d’autres vaccins donnés gratuitement par GAVI et l’OMS

Le National Security Study Memorandum 200 (NSSM 200) dans son rapport d’Avril 1974 déclarait que la croissance de la population menaçait les intérêts économiques des États-Unis et proposa la mise en place d’une politique visant à baisser la fertilité dans les pays sous-développés. 30 ans plus tard GAVI (Global Alliance for Vaccine and Immunization), une ONG qui regroupe des pays comme les États-Unis, la Grande Bretagne, Allemagne et des organisations telles que l’UNICEF, la Banque Mondiale et la Bill and Melinda Gates Foundation mit en place un projet pour soi-disant protéger la vie et donc favoriser l’augmentation de la population. Ces 2 agences dont les objectifs paraissent opposés travaillent en fait dans le même sens.

En effet, GAVI prétend vouloir protéger la vie à travers l’amélioration des conditions sociales et économiques des populations par le contrôle des naissances. Les vaccins que cette organisation donnait gratuitement aux pays du tiers-monde ( Nicaragua en 1993, Mexique en 1994 ou aux Philippines en 1995) comportaient des anticorps qui attaquaient l’HCG, une hormone de grossesse et provoquait des interruptions de grossesse parfois inconnues de la mère. Cette technologie fut insérée dans les vaccins du tétanos et de la diphtérie largement distribués aux populations africaines. Dans la même stratégie, le vaccin contre la poliomyélite donné aux populations de Kaduna au Nigeria en 2005 se révéla être contaminé par des agents pouvant provoquer des cancers.

Ce sont là quelques incidents de ceux qui ont été révélés. On peut sans grands risques assumer que des événements similaires se sont produits dans les autres pays africains et seraient passés sous silence. L’OMS et GAVI corrompent régulièrement les autorités médicales de ces pays en pourvoyant véhicules et argent pour la distribution de ces vaccins. Cette corruption initiée à la base par les industries pharmaceutiques est aussi ce qui explique la complicité des autorités médicales en Afrique et dans le monde dans la gestion de la crise du Covid 19. Celles-ci ont artificiellement gonflé les chiffres des morts dus au Covid-19 et résisté à adopter des traitements simples contre le Covid-19 comme la chloroquine le zinc, la Vitamine D ou l’ivermectine qui marchaient déjà mais que l’OMS et les grandes revues scientifiques sponsorisées par Big Pharma rejetaient.

Les faits que présente cet article pourraient être méconnus de certains de nos lecteurs parce qu’ils sont cachés par la presse « Main Stream ». Celle-ci dépend en grande partie des industries pharmaceutiques pour leur survie et font la propagande du vaccin. Bill Gates lui-même est présenté comme un expert et un philanthrope grâce au contrôle qu’il exerce sur les médias à travers ses contributions financières dans les universités et instituts scientifiques et dans les médias tels que BBC, le Point, Paris-Match, le Washington Post etc.

Sur la base de ce sinistre passé, il y a des raisons légitimes de penser que le vaccin du Covid 19 destiné à l’Afrique a des composantes programmées pour détruire.  Il y a d’ailleurs des flacons de ce vaccin dont on interdit la distribution dans les pays Occidentaux mais qu’on envoie en Afrique.

  • L’Origine controversée du Covid 19 et le sinistre agenda de son vaccin

La version officielle qui attribue l’origine du Covid 19 à des chauves-souris a depuis longtemps pris de l’eau. Comment expliquer qu’un virus qui a toujours été une des causes bénignes de la grippe se mette subitement à tuer des gens? La réalité est que le virus du COVID-19 qui fait partie de la famille des coronavirus fut altéré pour le rendre plus virulent dans le laboratoire de Wuhan en Chine grâce à l’expertise française et au financement du National Institute of Health (NIH) américain où le tristement célèbre Dr Anthony Fauci est directeur du département de l’immunologie et des maladies infectieuses. Selon le Dr. Judy Moskovitz, comme le virus du Sida et celui de Ebola, le Covid 19 a été créé dans des laboratoires pour des objectifs sociaux et géostratégiques précis. L’un d’eux qui était le renversement du président Trump (lire l’article TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT ELECTORAL AUX ÉTATS-UNIS ET LE NOUVEL ORDRE MONDIAL), la réduction de la population et l’introduction du vaccin.

Le vaccin quant à lui est supposé rapporter de l’argent aux industries pharmaceutiques ainsi qu’à leurs associés et renforcer le contrôle des Maîtres du monde sur la population mondiale. C’est dans ce but que Bill Gates qui a beaucoup d’investissements dans l’industrie du vaccin et qui était le 2ème plus grand donateur de l’OMS après le gouvernement des États-Unis et avant celui de la Chine est en train de travailler à faire à partir du vaccin une carte d’identité électronique globale ( avec Trust Stamp) et une banque (en collaboration avec Mastercard). En effet, le Nouvel Ordre Mondial qui est une dictature globale s’imagine qu’il ne peut vraiment opérer de façon optimale que s’il connait tous ses sujets et peut les contrôler.

Ces objectifs ont été pratiquement atteints dans les pays développés à cause de la quasi-automatisation de la vie et de l’infiltration de l’informatique dans tous ses aspects. L’Afrique en a été jusque-là épargnée du fait justement de la faible informatisation de ses nations. Comment mieux identifier les populations rurales et reculées en Afrique ou en Asie dont certaines ne sont même pas identifiées dans leurs pays d’origine que le vaccin global d’une pandémie ? Comment contrôler des populations qui dépendent directement de la terre pour leur survie et de l’argent liquide pour leurs transactions que de créer un intermédiaire financier électronique totalement contrôlé par les Maîtres du Monde?  

Bill Gates soutient que cet outil financier va permettre d’intégrer toutes les personnes exclues dans le système financier mondial et offrir des opportunités à ceux qui n’en avaient pas. La vérité est que dès que les populations auront été déconnectées de leur mode d’opération indépendant, elles seront à la merci de l’outil financier électronique dont on pourrait les déconnecter à tout moment les condamnant pratiquement à la mort. C’est ce que certains personnes nomment la marque de la bête évoquée dans la Bible.

À cause de l’éveil inattendu des populations pendant la crise du Covid-19, nous croyons que les Maîtres du Monde dont Bill Gates n’est qu’un garçon de course n’implémenteront pas pour l’instant cet agenda. Par conséquent, les vaccins du Covid 19 délivrés en ce moment ne contiennent pas tous ces éléments. Mais comme il n’est pas logique que les Maîtres du Monde créent un virus pour faire du mal et qu’ils nous en remettent l’antidote, nous croyons que les composantes financières et d’identification qui sont expérimentées depuis près de 2 ans en Afrique de l’Ouest ont été introduits dans certains vaccins à destination de l’Afrique pour expérimentation approfondie. Nous suspectons aussi qu’ils contiennent de substances ayant pour effet de réduire la population africaine. Et leur insistance à nous donner ce vaccin par la corruption et la manipulation devrait nous rendre plus méfiants.

Le vaccin contre le Covid-19 est finalement devenu un sujet de chantage. En Occident les autorités médicales et politiques martèlent aux populations que la vie ne redeviendra normale que lorsqu’elles se feront vacciner en masse. En Afrique et dans les pays dits sous-développés, la menace est faite en filigrane sur l’aide au développement et le risque d’isolement des pays qui n’accepteraient pas le vaccin.

  • La dangerosité et l’inefficacité avérée du vaccin contre le Covid 19

Contrairement aux anciens vaccins qui injectaient un germe mort ou atténué dans le corps pour stimuler une réponse immunitaire, les versions américaines et russes du vaccin contre le Covid-19 injectent un code génétique (mRNA pour les premiers et ADN pour les russes) afin de provoquer par l’organisme la fabrication de protéines du virus qui a leur tour vont stimuler le système immunitaire contre ce virus. L’un des risques évoqués de cette nouvelle technologie est que ce matériel viral s’incorpore dans le matériel génétique de l’individu faisant de lui un Organisme Génétiquement Modifié (OGM). Lorsqu’on sait que la simple consommation de plantes et autres produits alimentaires à base d’OGM provoque des cancers, allergies, infertilité, troubles hormonaux, maladies neurologiques et une flopée d’autres maux, il y a des raisons de s’alarmer sur les éventuels effets à long terme de cette nouvelle technologie. Ce n’est pas tout.

Il faut des années, allant jusqu’à 10 pour évaluer l’efficacité d’un vaccin et connaître ses effets secondaires au long terme. Le vaccin contre le Covid 19 a été concocté précipitamment en 9 mois environ, la phase 3 du processus de fabrication de vaccins n’étant même pas encore finie. C’est donc sans surprise qu’un certain nombre de scientifiques émettent des doutes sur son efficacité malgré les communiqués rassurants de ses fabricants connus (ou peut-être pas) pour la fraude qui entoure leur recherche.

Le Dr Michael Yeadon, un ancien « Chief Science Officer » de Pfizer, le fabricant de vaccins et le Dr WolfgangWodarg déposèrent en Novembre 2020 une motion pour une action administrative et régulatrice auprès de l’Agence Européenne des Médicaments (European Medicines Agency ) par rapport au mRNA vaccine développé par Pfizer. Dans cette motion ils évoquèrentla méthodologie frauduleuse des études, la précipitation et des risques d’allergies, de réactions auto-immunes sérieuses, d’infertilité chez les femmes et de mort dus au vaccin contre la Covid-19. Le Dr. Soumya Swaminathan, le “chief scientist” de l’OMS elle-même probablement pour se dédouaner conseille à ceux qui prennent le vaccin de maintenir les mesures barrières comme ceux qui ne l’ont pas pris. Le Dr Anthony Fauci qui conseille le président américain a dit que ce vaccin n’empêche pas la transmission mais entretient l’espoir d’atténuer les symptômes.

Au 15 janvier 2021, c’est à dire quelques mois après le début de la distribution du vaccin, le système américain de déclaration volontaire d’incidents liés à la vaccination révéla que le vaccin avait déjà causé 7844 incidents selon les données du gouvernement américain. Les autorités elles-mêmes reconnaissent que ce n’est qu’un très faible pourcentage de ces incidents qui sont signalés et enregistrés. À la fin du même mois, le vaccin contre le Covid-19 avait causé environ 500 morts aux États-Unis selon le Center of Diseases Control américain (CDC). Il a aussi entraîné des dizaines de morts dans les maisons de retraite dont les résidents avaient survécu au Covid-19 en 2020.  

Une re-analyse des données du ministère israélien de la santé faite par le Dr. Hervé Seligmann, un membre du département des infections émergentes et des maladies tropicales de l’Université d’Aix-Marseille et un ingénieur au nom de Haim Yativ a révélé que le vaccin avait tué 40 fois plus de vielles personnes que ne l’aurait fait la maladie pendant les 5 semaines de vaccination. Il aurait fait 260 fois plus de morts chez Les plus jeunes que ne l’aurait fait le Covid-19 lui-même. Ce genre d’incidents sont répertoriés dans le monde entier. 

D’autres experts mettent en doute l’efficacité même des vaccins en général et attribuent la disparition des maladies à travers le monde à l’amélioration des conditions de vie des populations. Ils estiment que l’accès à l’eau potable et à une bonne nutrition stimulent le système immunitaire bien mieux que les vaccins le feraient. C’est la raison pour laquelle les potions concoctées en Afrique marchaient bien. Des études comme celle faite par le Dr, Paul Thomas, un pédiatre et James Lyons-Weiler, un chercheur ont d’ailleurs démontré que les enfants qui se vaccinent font plus de maladies que ceux qui ne se vaccinent pas. De l’autre côté les vaccins ont même provoqué des épidémies. En Septembre 2020, l’OMS reconnut que l’épidémie de poliomyélite survenue au Soudan était causée par un vaccin contre la polio.

Le vaccin contre le Covid-19 est en réalité aussi un outil géostratégique, ce qui explique le fait que tous les grands blocs géopolitiques à l’instar de la Chine, la Russie et des États-Unis se soient évertués à avoir le leur. Finalement, au mieux, ce vaccin est un placebo contre une maladie qui ne tue presque pas ou un outil de destruction massif entre les mains d’adversaires. S’il fallait absolument prendre ce vaccin pour éviter des sanctions , il vaudrait mieux le vaccin chinois ou cubain.

  • Le très faible impact du Covid-19 en Afrique 

Lorsque la crise du Covid-19 commença en 2020, alors que des gens semblaient mourir en masse en Italie et en France, les ONG Occidentales portèrent des regards sur l’Afrique prévoyant une véritable hécatombe. Malheureusement pour elles, la montagne accoucha d’une sourie et l’Afrique fut à peine touchée, leur enlevant ainsi une autre opportunité de renflouer leurs caisses par des sollicitations financières et de justifier une augmentation de leur néfaste présence sous formes diverses en Afrique.

Selon une estimation, le continent en entier a perdu 46 000 personnes par le Covid-19 pour une population de 1,36 milliards de personnes. Si l’on prend en considération le fait que dans le but de gonfler les chiffres et créer la panique et une impression de pandémie, certaines morts non liées au Covid-19 lui ont été faussement attribuées, ce chiffre devrait être revu à la baisse. Considérant même ce nombre de morts nous obtenons un taux de mortalité de 0,0035, ce qui veut dire que cette maladie qui tue bien moins que le paludisme mais dont le vaccin a un taux d’incidents de 2,46% ne mérite pas toute l’attention qu’on lui porte. Il est vrai que toutes les morts sont regrettables mais les chiffres ne sont pas du tout en faveur du risque de se vacciner contre le Covid-19 d’autant plus que l’Afrique a trouvé des moyens pour efficacement la soigner traiter cette maladie. Pourquoi insister pour vacciner en masse contre une maladie dont 99% de personnes atteintes s’en sortent ?

Conclusion 

L’Afrique ne doit pas craindre des répercussions consécutives à son éventuel rejet de ce vaccin. Elle est en position de force.  Les puissances étrangères vont essayer de l’intimider comme l’a fait la France lorsque la rumeur courut que les ressortissants des pays africains qui ne se vaccinent pas ne pourront plus entrer dans l’Union Européenne. Ces pays ne peuvent pas vraiment mettre ces menaces à exécution et créer une véritable confrontation avec l’Afrique parce que la rupture possible de relations avec l’Afrique signerait leur mort économique au moment même où celle-ci se fait courtiser par d’autres puissances comme la Chine,  la Russie, L’Inde ou le Brésil.

Les gouvernants africains sous chantage ou ayant des pactes inavouables avec ceux des pays développés ou alors faisant partie des figurants du Nouvel Ordre Mondial n’ont peut-être pas d’autres choix que de faire la propagande de ce vaccin mais les peuples sont libres. Nous avons le choix de nous vacciner ou pas. Défendons vigoureusement nos vies contre ce vaccin. C’est notre responsabilité et un droit inaliénable.

Gabriel Makang pour le Sphinx Hebdo

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun : trafiquants de pangolin en Afrique centrale démasqués

La police camerounaise affirme avoir saisi, pour la première fois pendant la pandémie, des parties d'environ 2 000...

Crise anglophone : l’enlisement et l’indifférence

Le 18 juillet 2021, cinq policiers camerounais ont été tués dans une embuscade tendue sur l’axe routier...

Cameroun : l’État islamique monte en puissance après la mort de Shekau

La mort en mai d'Abubakar Shekau, chef de la faction Jama'atu Ahlis Sunna Lidda'awati wal-Jihad (JAS), a changé...

Pollution à grande échelle : La compagnie pétrolière française mise en examen au Gabon

La compagnie pétrolière franco-britannique Perenco a été inculpée et mise en examen le 16 juillet par le tribunal de Port Gentil. Elle...

“Les révélations du logiciel espion Pegasus inspirent le dégoût !” RSF traîne le prédateur...

Chèr(e)s ami(e)s, Selon une récente enquête, au moins 180 journalistes de 20 pays différents ont été surveillés par des...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :