Jeux Olympiques de Tokyo : Une cérémonie d’ouverture à l’image du Japon et des temps présents

S’adressant plus que jamais principalement à un public de téléspectateurs, on a eu largement recours pour cette cérémonie d’ouverture à des vidéos et à des mises en scène ayant beaucoup plus d’impact à l’écran que sur place.

Photo: Frank Gunn La Presse canadienne S’adressant plus que jamais principalement à un public de téléspectateurs, on a eu largement recours pour cette cérémonie d’ouverture à des vidéos et à des mises en scène ayant beaucoup plus d’impact à l’écran que sur place.

Éric Desrosiers à Tokyo

Le Japon a officiellement lancé ses Jeux olympiques avec une cérémonie d’ouverture à son image, c’est-à-dire marquée du sceau de la pandémie de COVID-19, mais aussi portée par sa culture riche et originale.

L’événement s’est tenu presque un an jour pour jour après la date qui avait été prévue à l’origine. Cette cérémonie était comme celles d’autres Jeux, avec son spectacle haut en couleur plongeant dans la culture nationale, son touchant mais trop long défilé des athlètes, ses discours ampoulés et l’arrivée de la flamme — sauf qu’elle était complètement différente.

À commencer par le Stade olympique de 68 000 places vides, mis à part le millier de dignitaires et représentants de commanditaires et les 3500 représentants des médias qu’on avait tous regroupés du même côté.

Photo: Odd Andersen Agence France-Presse Cette image captée avec un objectif de type «fisheye» montre la flamme olympique lors de la cérémonie d’ouverture dans le stade olympique, vendredi à Tokyo.

Les délégations d’athlètes qui allaient défiler devant eux avaient aussi été considérablement réduites. Aux Jeux de Rio, un total de 12 600 athlètes, entraîneurs et officiels avaient paradé derrière leurs bannières nationales respectives. Cette fois, ils étaient moitié moins nombreux. Le Canada avait ainsi décidé de dépêcher seulement une trentaine de représentants plutôt que les 200 de la dernière fois. C’était à peine plus que l’Inde et la Russie, avec chacune à peine 25, alors que le Brésil n’en comptait que 4. Règles de distanciation physique obligent, les athlètes ne sont pas restés toute la soirée non plus, les uns s’éclipsant graduellement pour laisser la place aux autres.

La voix des opposants

Signe du débat qui fait toujours rage dans le pays, on a pu entendre pendant une bonne partie de la soirée les slogans scandés par une foule de manifestants tassés sur les trottoirs des rues avoisinant le stade. Pacifique et au moins aussi nombreuse que le public de la cérémonie, cette foule dénonçait la tenue des Jeux de Tokyo en pleine recrudescence des cas de COVID dans le pays.

Souvent empreinte de gravité et d’émotion, la cérémonie a multiplié les hommages aux victimes de la pandémie et aux soignants. Elle a célébré la solidarité humaine, notamment sur la chanson de John Lennon, Imagine, en même temps qu’une immense planète Terre composée de drones tournait lentement au-dessus du stade.

« Merci à tous les Japonais d’avoir rendu ces Jeux olympiques possibles », a dit le président du Comité international olympique, Thomas Bach, juste avant que l’empereur du Japon, Naruhito, ne déclare officiellement ouverts les Jeux de Tokyo 2020. Ces Jeux ne seront peut-être pas comme on l’aurait souhaité, a-t-il poursuivi, mais « nous sommes finalement tous réunis ».

Quand même une fête

La cérémonie a aussi été une fête. D’abord grâce à la jeunesse, l’énergie et la joie communicative des athlètes de l’Argentine, du Portugal, du Malawi et de bien d’autres pays qui ont défilé sur une bande-son de musiques de jeux vidéo, de Dragon Quest à Final Fantasy. Quelques-uns ont pris le parti de faire comme si le stade était plein et envoyaient généreusement la main aux sièges vides. Mais la plupart cherchaient surtout les caméras de télévision pour saluer directement le reste du monde.

Photo: Hannah Mckay Agence France-Presse
Ayant préféré la poésie et la retenue au tape-à-l’oeil et à la surenchère, les créateurs du spectacle avaient bien sûr prévu des tambours, des lanternes et des personnages du théâtre traditionnel japonais.

Ayant préféré la poésie et la retenue au tape-à-l’œil et à la surenchère, les créateurs du spectacle avaient bien sûr prévu des tambours, des lanternes et des personnages du théâtre traditionnel japonais. Mais il y avait aussi une jeune pianiste qui jouait avec tant d’énergie et de virtuosité qu’on aurait dit qu’elle avait 20 doigts.

S’adressant plus que jamais principalement à un public de téléspectateurs, on a eu largement recours à des vidéos et à des mises en scène ayant beaucoup plus d’effet à l’écran que sur place. Simple, mais ingénieux et comique, l’un des numéros qui a suscité le plus de réactions, dans un stade où beaucoup commençaient à regarder leurs montres, mettait en scène des mimes qui recréaient, à force de contorsions et d’ingéniosité, les 50 pictogrammes des sports aux Jeux de Tokyo.

Comme le veut la tradition, la soirée s’est conclue par l’arrivée de la flamme olympique. Le dernier relais a été effectué par la joueuse de tennis Naomi Osaka, quatre fois gagnante de tournois du grand chelem.

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.

Source : Le Devoir

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Cameroun-Cybercriminalité : 5000 faux comptes suspendus, des milliards perdus

Les formes de cybercriminalité sont de plus en plus variées selon les constats de l’Antic. L’Agence a révélé les 5 pratiques les...

Le Cameroun rapatrie les anciens combattants nigérians et les membres de leurs familles

Plus de 850 anciens combattants de Boko Haram et les membres de leur famille qui ont fui leurs villages en raison des...

Cameroun : Séquestré par le Colonel Emile Mbankoui, Fridolin Nké fait un direct sous...

C’est à partir du bureau du Colonel Mbankoui, le chef de la SEMIL, que Fridolin NKE a réalisé la vidéo alarmante. L’enseignant...

RDC-Exploitation minière : Félix Tshisekedi révise les accords signés par Kabila

C’est le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, qui a fait part des injonctions de Félix Tshisekedi à ses collaborateurs « Le...

Guinée : La junte du Lt-Colonel Doumbouya exclut tout départ en exil de l’ancien...

Après le départ de la mission de la Cédéao, le CNRD, la junte militaire au pouvoir, a affirmé que le président guinéen...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :