La communauté éthiopienne d’Israël dénonce le racisme avant les élections (Al Jazeera)

Les membres de la communauté organisent régulièrement des manifestations dans tout Israël pour demander justice pour Teka et d’autres membres de la communauté qu’ils disent avoir été tués injustement [Raja’y al-Khatib /Al Jazeera].

Les Israéliens d’origine éthiopienne, qui constituent une petite minorité de la population, affirment être victimes de discrimination institutionnelle.

Netanya, Israël – Plus de deux mois après que Solomon Teka, 19 ans, ait été abattu par un policier qui n’était pas en service, des membres de la communauté israélo-éthiopienne continuent de manifester dans tout Israël pour exiger l’égalité des droits.

“Justice pour Salomon et tous ceux qui ont été tués”, a chanté une douzaine de manifestants dans la ville de Netanya, dans le nord du pays, samedi soir, alors qu’ils allumaient des bougies et agitaient des affiches colorées.

L’assassinat de Teka en juin à Kiryat Haim, près de la ville portuaire de Haïfa, a suscité l’indignation des Israéliens d’origine éthiopienne. Des journées de manifestations contre le racisme, au cours desquelles des dizaines de policiers ont été blessés, ont secoué le pays et bloqué les routes principales de Tel-Aviv.

Malgré l’arrestation rapide du policier impliqué dans l’assassinat et la diffusion par le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’une vidéo pour déplorer la mort de Teka à l’époque, les manifestants affirment que rien n’a été fait.

L’officier, qui a déclaré qu’il se sentait menacé de mort au moment de la fusillade, a été libéré sous caution après avoir été assigné à résidence le 15 juillet et devrait être accusé d’homicide par imprudence, un crime moins grave que l’homicide involontaire coupable, selon les médias israéliens rapportant les déclarations du ministère de la Justice.

Les manifestants disent qu’ils veulent que toute séquence vidéo de l’incident soit diffusée, croyant qu’elle pourrait nous éclairer davantage sur ce qui s’est passé.

“Nous n’arrêterons pas de protester tant que nous n’aurons pas obtenu justice pour Solomon Teka”, a déclaré Gil Elias, un maître nageur de 41 ans venu de Herzliya, sa ville natale, pour y assister.

Les manifestants accusent la police de recourir à la violence contre leur communauté et disent que leurs jeunes hommes vivent dans la peur d’être ciblés ou harcelés par la police.

Ils font référence à un incident survenu en janvier lorsque Yehuda Biagada, 24 ans, un autre jeune Éthiopien israélien de 24 ans, a été abattu par un policier dans une banlieue de Tel Aviv.

La police dit que Yehuda les avait attaqués avec un couteau, mais sa famille et des membres de la communauté disent qu’il a été tué à tort.

“Tout sauf Bibi”

Les protestations précèdent les élections générales du 17 septembre, qui opposent Netanyahu à son principal rival Benny Gantz, leader de l’alliance centriste Blue and White.

Bien que la communauté éthiopienne, qui représente environ 2 % de l’électorat, ait traditionnellement voté pour des partis de droite – avec de nombreux partisans du Likoud de Netanyahu – les membres de la communauté disent que les événements récents vont influencer leur vote cette fois.

“Dans la communauté noire, en particulier parmi la génération plus âgée, Bibi est comme un père”, a déclaré Betty, une ONG de Tel Aviv âgée de 26 ans. “Ils pensent qu’il nous protège[des menaces extérieures].

“Mais après deux meurtres la même année alors que Bibi gardait le silence, beaucoup de jeunes gens contestent le statu quo”, a-t-elle expliqué, ajoutant que son vote ira à un nouveau parti de gauche créé par un membre de sa communauté.

Terry Tessema-Cohen, une infirmière de 40 ans de la ville d’Emek Hefer, dans le nord du pays, a reconnu que beaucoup de gens de sa communauté avaient voté pour Bibi dans le passé.

“Mais c’est en train de changer. Je prie Dieu que ma communauté ne votera pas pour Bibi Netanyahou “, a-t-elle dit, ajoutant que le gouvernement a peu fait pour contrer le racisme en Israël.

Elle se souvient que certains patients l’ont qualifiée de “négresse” alors qu’ils la refusaient comme membre de leur équipe de traitement en raison de la couleur de sa peau.

Malgré ces difficultés, Tessema-Cohen, comme la plupart des membres de la communauté israélo-éthiopienne, dit qu’elle aime son pays et veut le voir comme une véritable démocratie où les gens sont traités équitablement.

“J’aime Israël et tout ce que je fais, c’est pour le bien de mon pays”, a-t-elle dit.


Terry Tessema-Cohen est une infirmière de 40 ans qui dit vouloir voir Israël devenir une véritable démocratie où tous les peuples sont traités sur un pied d’égalité[Raja’y al-Khatib /Al Jazeera].

“Le racisme au quotidien”

La communauté éthiopienne d’Israël compte environ 140 000 membres sur une population de près de neuf millions d’habitants.

La plupart descendent d’immigrants arrivés dans les années 1980 et 1990, dont des dizaines de milliers ont été transportés par avion en Israël à la fin de la guerre civile en Éthiopie.

Avec plus de 50 000 membres de la communauté nés en Israël, la plupart des Israéliens éthiopiens, surtout parmi les jeunes générations, s’identifient d’abord comme Israéliens.

Selon l’Association des Juifs éthiopiens (AJE), les Israéliens éthiopiens représentaient 15 % des femmes et 10 % des hommes incarcérés pendant leur service en 2017, alors qu’ils ne représentaient que 4 % des soldats israéliens.

Selon l’organisation, 34 % seulement des Israéliens-Ethiopiens remplissaient les conditions d’admission à l’université en 2007, contre une moyenne de 60 % pour l’ensemble de la population.

Pour Betty, la raison pour laquelle elle continue de protester va au-delà de la question de la brutalité policière.

“La vie quotidienne d’un Israélien d’origine éthiopienne est faite de confrontation au racisme. Même notre judéité est parfois mise en doute “, a dit Betty, en expliquant que les membres de sa communauté sont victimes de discrimination institutionnelle à tous les niveaux.

“Que ce soit dans l’armée ou dans l’éducation, il n’y a pas moyen de grader pour nous. Nous sommes toujours en bas de l’échelle”, a-t-elle dit à Al Jazeera.

Traduction SLT

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2019/09/la-communaute-ethiopienne-d-israel-denonce-le-racisme-avant-les-elections-al-jazeera.html

Article originel : Israel’s Ethiopian community denounces racism ahead of election
Al Jazeera

Facebook Comments

- Publicité -

Partagez cet article

- Publicité -

Plus populaire

Voyage apostolique à Madagascar : Le président Rajoelina (re)prête serment devant le Pape François

Profession de foi. Andry Rajoelina, président de la République, a fait dans le lyrisme, à Iavoloha, samedi, en réitérant...
- Advertisement -
Facebook Comments