ONU : la pénurie de céréales pourrait toucher une grande partie de l’Afrique

Un responsable du programme des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a déclaré qu'une crise alimentaire déjà existante en Afrique est en train de s'aggraver.

Abebe Haile-Gabriel est directeur adjoint du programme. Selon lui, la guerre en Ukraine est à blâmer.

“Les perspectives d’avenir sont très sombres”, a-t-il déclaré à propos de l’approvisionnement alimentaire de certains pays africains. Il a noté qu’environ la moitié des 54 pays du continent dépendent de la Russie et de l’Ukraine pour le blé. Et plus de 11 de ces pays importent des engrais de Russie.

Avant même le début de la guerre en Europe de l’Est en février, les prix des denrées alimentaires en Afrique étaient en hausse. Selon la FAO, le coût des denrées alimentaires de base a augmenté de 23 % l’année dernière. C’est la plus forte hausse enregistrée au cours des dix dernières années.

De nombreuses nations africaines dépendent des approvisionnements du Programme alimentaire mondial. Tomson Phiri, du PAM, a déclaré que les coûts du programme augmentent car de plus en plus de personnes ont besoin d’aide.

Le coût des céréales en Afrique du Nord augmente car ces pays importent beaucoup d’Ukraine et de Russie. Dans d’autres régions d’Afrique, les gens ne peuvent plus acheter facilement des huiles de cuisson à base de soja, de maïs et de tournesol.

Pour Edwin Dapi, du Zimbabwe, il devient difficile de nourrir sa femme et ses quatre enfants.

Dapi a cherché de l’huile végétale dans un magasin d’alimentation à Harare. La bouteille de 2 litres coûte environ 2,76 dollars. Son travail lui rapporte environ 50 dollars par mois.

Un sac de farine de 2 kilos coûte plus d’un dollar, rapporte Reuters.

En regardant les prix, Dapi a déclaré : “Je continue à entendre que c’est à cause de l’Ukraine, mais je ne vois pas ce que cela a à voir avec nous.”

Une crise alimentaire déjà existante

Selon les experts, l’Afrique connaît déjà une pénurie alimentaire, en raison des effets de la pandémie de COVID-19, des conflits militaires et des mauvaises conditions de croissance dues au changement climatique.

Le Zimbabwe est l’une des nations africaines qui a du mal à nourrir sa population, tout comme les pays d’Afrique de l’Est, le Kenya, l’Éthiopie, la Somalie et le Sud-Soudan. En Afrique de l’Ouest, les conflits militaires au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigeria ont créé une crise alimentaire. Les pays occidentaux sont également confrontés à des inondations et à des sécheresses.

Pendant un court moment, le Kenya s’est senti à l’abri de la hausse des prix car il a conclu des accords alimentaires avec plusieurs pays l’année dernière. Le Kenya a fait ce changement lorsque la Russie a augmenté les taxes à l’exportation. Kennedy Nyaga, de l’association kenyane United Grain Miller’s, a déclaré que le Kenya devrait avoir suffisamment de blé pour tenir jusqu’en septembre. Mais il a déjà épuisé ses réserves de maïs.

#ctaText??#  Comment la Russie peut (et va ?) débarrasser l’Europe de l’OTAN ?

L’association demande au gouvernement kenyan l’autorisation d’importer 360 000 tonnes de maïs sans payer de taxes d’importation, ou droits de douane. Le groupe a déclaré que le prix du maïs a augmenté d’environ 60 % depuis décembre.

Le Zimbabwe de près

Un regard plus attentif sur le Zimbabwe montre le potentiel d’une crise alimentaire à long terme, car le pays n’est pas aussi bien préparé que le Kenya. La production alimentaire a diminué au cours des 20 dernières années en raison de l’évolution de la propriété agricole, de problèmes économiques tels que l’inflation et de la sécheresse.

Les habitants sont déjà pauvres, puisque l’Agence nationale des statistiques du pays indique que près de la moitié des 15 millions d’habitants survivent avec moins de 2 dollars par jour. Ils se battent encore plus depuis mars, date à laquelle les minotiers du pays ont augmenté de 15 % les prix de la farine de blé et du maïs, compte tenu de la hausse des prix des denrées alimentaires due à la guerre en Ukraine.

Selon la FAO, le Zimbabwe reçoit environ 20 % de son approvisionnement en blé de Russie et d’Ukraine.

Alors que le gouvernement affirme qu’il y a suffisamment de maïs et de blé pour cette année, l’association des meuniers a approuvé une autre augmentation des prix en avril. Le groupe a déclaré qu’il cherchait à obtenir davantage de céréales afin qu’il y en ait suffisamment jusqu’à la récolte d’octobre.

L’augmentation des prix des céréales et du carburant est répercutée sur les habitants du Zimbabwe, qui la considèrent comme une inflation.

Pendant la saison de croissance, les agriculteurs zimbabwéens dépendent des engrais pour obtenir une récolte saine. Mais le prix des engrais est environ 30 % plus élevé que l’année dernière.

Maria Gallar Sanchez, du Programme alimentaire mondial, a déclaré que si le coût des engrais reste élevé, cela réduira la production au Zimbabwe cette année.

Une entreprise qui vend des engrais dans toute l’Afrique a déclaré que ses coûts avaient augmenté de 200 à 400 % depuis janvier 2021.

Boniface Mutize est un agriculteur près de Harare. Il dit que de nombreux agriculteurs essaient de fabriquer leur propre engrais en utilisant des déchets animaux. Mais cela ne fonctionne pas aussi bien que les engrais chimiques.

Selon lui, de nombreuses petites exploitations ne seront pas en mesure de produire leur propre nourriture l’année prochaine.

Avec VOA

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Autres actualités

Washington confirme avoir mené des cyberopérations offensives contre la Russie

Les renseignements américains menaient des cyberopérations offensives contre la Russie afin de soutenir l’Ukraine dans son conflit contre...

Jacques Baud : « Les Russes sont plus pragmatiques que les Occidentaux »

Que se passe-t-il sur le front de l’est ? « Les pertes ukrainiennes sont massives, les forces armées perdent...

Important financement au Fonds pour l’environnement mondial

C’est un appui nettement à la hausse pour le Fonds pour l’environnement mondial ; 5, 33 milliards de...

Liste complète des nominés pour les CAF Awards 2022

La CAF a publié la première liste des nominés pour les CAF Awards 2022 qui se tiendront le 21 juillet 2022 à...

Les 8 premières villes d’affaires en Afrique, selon le dernier classement de l’indice

Statista a récemment publié son rapport sur l'indice mondial des villes d'affaires, qui détaille certaines des meilleures villes...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :