Présence militaire française en Afrique : le problème ne se limite pas au Niger ! (Survie)

Après deux mois de bras de fer avec les autorités nigériennes issues du putsch du 26 juillet, que Paris s’obstine à ne pas reconnaitre, Emmanuel Macron a enfin annoncé un calendrier de retrait pour les 1500 militaires français basés au Niger, où ils étaient restés présents dans un cadre juridique inédit depuis la fin officielle de l’opération Barkhane. L’association Survie, qui n’a eu de cesse d’alerter sur l’effet contre-productif et vain de la « guerre contre le terrorisme » à la française, rappelle que l’enjeu est plus large : c’est l’ensemble des militaires français présents sur le continent (bases permanentes, forces « de partenariat » au Tchad, coopérants militaires) que l’Élysée doit rapatrier en France.
 

Dimanche 24 septembre, dans son interview au 20h de TF1 et France 2, Emmanuel Macron a finalement acté ce qui était devenu, ces dernières semaines, inéluctable : le retour de l’ambassadeur français, devenu persona non grata du fait des postures martiales et belliqueuses de la France depuis le 27 juillet, et le retrait des 1500 militaires toujours présents sur place.

Ce faisant, il prend acte – avec retard – de la réalité concernant la situation au Niger, mais en escamotant le réel enjeu auquel fait face la République néocoloniale qu’il incarne : c’est bien l’ensemble de l’ingérence française en Afrique qui est aujourd’hui pointée du doigt par les mobilisations populaires africaines et les différents régimes politiques qui tentent d’asseoir leur légitimité sur ce rejet [1].

C’est tout le déni français qu’a incarné le président de la République hier soir, en affirmant : « Il n’y a plus de Françafrique. Donc quand il y a des coups d’État nous on n’interfère pas dans la vie politique des pays ». Avant d’ajouter : « La seule autorité légitime du Niger, c’est le président Bazoum qui a été élu par son peuple et qui aujourd’hui est détenu en otage et est l’objet de ce coup d’État. » La France n’a pas fait mystère, depuis deux mois, de son appui outrancier à la CEDEAO pour intervenir militairement au Niger. Dans le même temps, elle continue de traiter avec les autorités putschistes au Tchad, qui ont aux yeux de Paris le bon goût de ne pas remettre en cause la présence militaire française, et elle a rapidement normalisé ses relations avec les putschistes au Gabon, où sa base militaire n’est à ce jour pas menacée par le régime dit « de transition ».

En se résolvant à sacrifier ses bases « de partenariat » au Niger, Paris espère bien préserver le reste de son maillage, qui n’a encore une fois pas été questionné par les journalistes qui interviewaient le président Macron :

  • Les bases permanentes au Sénégal (400 soldats en juin d’après le ministère des Armées français), à Djibouti (1500 soldats), en Côte d’Ivoire (500 soldats) et au Gabon (350 soldats) [2] ;
  • Ses « forces de partenariat » au Tchad (un millier de soldats en juin, auxquels pourrait s’ajouter une partie du contingent actuellement au Niger) ;
  • Ses officiers et sous-officiers détachés au sein des régimes répressifs au titre de la « coopération sécurité-défense », comme au Tchad (plus de 15 coopérants en mars dernier d’après la Direction Coopération Sécurité Défense [3]), au Cameroun (10 à 15 coopérants), au Togo (5 à 10 coopérants), Mauritanie (10 à 15 coopérants), Congo Brazzaville, Guinée (5 à 10 coopérants), etc. Journalistes, ONG et parlementaires ne disposent à ce jour d’aucune information sur les fonctions exactes de ces militaires qui, bien souvent, occupent des postes de conseillers particulièrement stratégiques pour l’influence et le renseignement français.
     
#ctaText??#  "S'il était lâché par l'occident, il irait chercher les Russes sans hésiter" : Au Cameroun, l’embarras de la France dans la problématique de l’après-Biya

Pour Patrice Garesio, co-président de l’association Survie, « si on ne parle que du Niger, c’est l’arbre qui cache la forêt. Le débat public en France ne doit pas se limiter à un pays, au risque de recommencer à pleurer dans quelques semaines ou mois sur un prétendu “sentiment anti-français”.

Le retrait des troupes françaises du Niger est une étape, mais c’est l’ensemble de la politique africaine de notre pays qu’il C’est l’ensemble de la politique africaine de notre pays qu’il faut remettre à plat, et toute sa portée néocoloniale sur laquelle il faut commencer à ouvrir les yeux collectivement. »

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé aux partis politiques un débat parlementaire cet automne sur la politique africaine de la France [4] et que les décisions récentes sur la coopération culturelle et académique avec le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont soulevé un tollé légitime [5], l’association Survie appelle à ce que le débat public embrasse l’ensemble de la politique africaine de la France. Ses dimensions militaires, économiques et culturelles doivent enfin être mises en débat : c’est à ce pas vers la fin de notre colonialisme que nous invitent les peuples africains en lutte.

[1] Si la mobilisation populaire contre la politique française a été utilisée comme un levier de légitimation pour les autorités putschistes au Mali et au Niger, certains vieux alliés de la France ne sont pas en reste. Le dictateur congolais Denis Sassou Nguesso a ainsi dénoncé à la tribune de l’ONU des « partenariats sous-tendus par des “aides publiques au développement” politiquement orientées et synonymes d’aumône organisée », en fustigeant « les subventions au compte-goutte, distillées au rythme des intérêts propres des donateurs, [qui] ne permettront certainement pas l’essor réel et effectif de notre continent. » https://twitter.com/SassouNGuesso_/status/1705269809288450060 . Une vieille tradition hypocrite. Avant lui, le Tchadien Idriss Déby avait remis en cause le franc CFA en 2015, et le Zaïrois Mobutu s’était fait le champion de la dénonciation de l’impérialisme occidental dont il était pourtant un pur produit…

[2] Chiffres de l’état-major publié dans une carte datée du 6 juin 2023 sur le site du ministère des Armées. Désormais le ministère publie ses « forces de présence » (bases permanentes) et « force de souveraineté » (territoires ultra-marins) https://www.defense.gouv.fr/operations/forces-prepositionnees

[3] Voir carte page 8 dans le rapport 2022 de la DCSD, rattachée au ministère des Affaires étrangères https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/securite-desarmement-et-non-proliferation/la-cooperation-de-securite-et-de-defense-64255/

[4] « Emmanuel Macron propose un débat parlementaire “à l’automne” sur la situation au Sahel », L’Union, 7 septembre 2023 https://www.lunion.fr/id518031/article/2023-09-07/emmanuel-macron-propose-un-debat-parlementaire-lautomne-sur-la-situation-au

[5] Voir par exemple la tribune collective de 450 universitaires, chercheurs, acteurs culturels et artistes internationaux, « Arrêter la circulation des idées, des savoirs et des créations artistiques avec l’Afrique est un contresens historique », Le Monde, 20 septembre 2023, https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/09/20/arreter-la-circulation-des-idees-des-savoirs-et-des-creations-artistiques-avec-l-afrique-est-un-contresens-historique_6190109_3232.html

Facebook Comments
- Publicité -

Plus populaires

Le signe d'admiration est un très ancien signe religieux (comme tous...
La province congolaise du Nord-Kivu, à l'est sombre...

Autres actualités

Aide US à l’Ukraine : Le Pentagone a ouvert plus de 50 enquêtes criminelles...

© AP Photo / Charles Dharapak "Nous n’avons étayé aucune de ces allégations, même si...

Levée avec effets immédiats des sanctions contre le Niger : L’humiliant et tardif...

© Photo Twitter / @ecowas_cedeao Les chefs d'Etat des pays membres de la Communauté économique...

Il y croit toujours : « Nous vaincrons »,  affirme Volodymyr Zelensky au 2e anniversaire...

Deux ans jour pour jour après le début de la guerre, Volodymyr Zelensky a remercié les soldats ukrainiens pour leur mobilisation et...

Chantage en Russie : Le Kremlin en passe d’enterrer clandestinement Alexeï Navalny

«Ils veulent que tout soit fait secrètement et me dire “ci-gît ton fils”. Désespérée, la mère de Navalny accuse la...

Réponse du berger à la bergère : A son tour le Porte-parole de Poutine...

Pour beaucoup, c'est une grosse humiliation que le porte-parole de Poutine, Dimitri Peskov, a infligé au président américain qui avait auparavant...
- Publicité -
Facebook Comments
%d blogueurs aiment cette page :